L’horlogerie suisse n’est pas réputée pour sa transparence et la situation pourrait encore s’obscurcir. Le conseil de la Fédération de l’industrie horlogère suisse (FH) était appelé jeudi matin à étudier la manière dont sont communiquées les statistiques des exportations horlogères, et de renoncer éventuellement à donner des chiffres par gamme de prix. Aucune décision n’a finalement été prise et le dossier se voit repoussé à 2021, confirme au Temps le président de la FH, Jean-Daniel Pasche. Le conseil a par ailleurs décidé de ne faire aucun autre commentaire à ce sujet pour le moment.

Ce précieux indicateur communiqué mensuellement permet de voir rapidement comment évoluent les principaux segments de la branche. On constate ainsi qu’entre 2000 et 2019 les volumes de montres à moins de 200 francs (prix à l’exportation, soit 2 à 2,5 fois moins que le prix de vente réel) ont chuté de 49%, tandis qu’ils ont augmenté dans tous les autres segments, particulièrement au-dessus de 3000 francs (+242%).