La construction, l’exploitation et l’entretien des immeubles représentent d’importantes activités économiques. Ils contribuent à 18% de la création de valeur en Suisse, affirme une étude de l’Association des propriétaires alémaniques (Hauseigentümerverband/HEV) et des Offices fédéraux du développement territorial (ARE) et du logement (OFL).

En 2011, l’économie de l’immobilier représentait au total quelque 530 000 emplois à plein temps, avec une création de valeur brute de 99 milliards de francs, ressort-il de l’étude présentée vendredi à Zurich. Ce secteur a assuré des rentrées fiscales supérieures à 12 milliards.

Aucune autre branche ne contribue autant que le secteur de l’immobilier à l’ensemble de l’économie suisse. Il recense un emploi sur sept, soit 14% du total, et contribue à 10% des recettes fiscales.

Pour arriver à ces résultats, l’étude se base sur une définition large de l’activité immobilière. Les loyers payés par les locataires ainsi que ceux des propriétaires, lesquels représentent 38% de la création de valeur du secteur sont ainsi compris. Tout comme l’octroi de crédits hypothécaires, la construction, l’extraction de pierre ou encore la production de ciment.

Faible productivité

La gestion et l’administration de bâtiments - le secteur immobilier au sens propre - a représenté en 2011, avec les activités d’entretien et de nettoyage en 2011, une création de valeur de 11,8 milliards de francs, soit une part de 12%.

L’étude ne veut pas uniquement porter l’attention sur l’importance économique de ce secteur ainsi défini, mais aussi ses difficultés. Ainsi la branche affiche-t-elle une création de valeur par heure de travail moindre par rapport à la moyenne. La productivité y est ainsi de 20% inférieure.

Une telle étude était nécessaire, car il n’existait jusqu’alors aucun document synthétique sur l’ensemble de l’activité immobilière, a dit Hans Egloff, président de la HEV.

De bonnes décisions politiques doivent reposer sur des faits, a poursuivi M. Egloff. A ce titre, le président de propriétaires alémaniques a mis en garde contre des interventions trop fortes dans ce secteur, lesquelles pourraient freiner les investissements.

Opposition

Actuellement, la HEV s’oppose à plusieurs projets de la Confédération et des cantons concernant le secteur immobilier. Le Conseil fédéral prévoit ainsi par exemple de limiter l’apport de fonds issus du 2e pilier pour la construction d’une maison.