Le groupe allemand Bayer (pharma, chimie, polymères) est «ouvert à de grandes acquisitions» dans le secteur pharmaceutique, a déclaré hier à Leverkusen Manfred Schneider, président du directoire. Bayer a réalisé en 1997 un chiffre d'affaires de 55 milliards DM (47,7 milliards de francs suisses) dont 8,4 milliards DM (6,8 milliards CHF) dans la pharma. Sans acquisition dans ce secteur, a précisé M. Schneider, «il ne sera pas possible à court terme d'augmenter nos parts de marché de manière significative».

Un rachat doit remplir plusieurs conditions, a expliqué le président de Bayer. Tout d'abord, la société de Leverkusen désire conserver la direction des opérations et souhaite augmenter sa capacité innovatrice dans ce secteur. De plus, le rachat doit renforcer la position stratégique du groupe sur des marchés clés, tels que l'Amérique du Nord, et contribuer rapidement au bénéfice du groupe. Bayer n'a pas de «plans concrets», a précisé M. Schneider. «Nous ne nous laisserons pas perturber (...) par les pressions extérieures», a-t-il fait savoir. Si Bayer désire se renforcer dans le pharma, le groupe veut se séparer de sa filiale foto Agfa. Une décision devrait être prise cette année encore. Un candidat très sérieux est sur les rangs, a déclaré M. Schneider. «Peut-être en trouverons-nous encore d'autres», a-t-il ajouté.

Le groupe mise enfin sur une croissance interne de 4% cette année en termes de bénéfice et de chiffre d'affaires. En 1997, le résultat du groupe a progressé de 7,5% pour atteindre 2,95 milliards DM (2,4 milliards CHF). La crise asiatique n'a pas eu d'incidence significative sur les résultats de 1997, a précisé le président du directoire. Les ventes dans cette région ont progressé l'année passée de 11%.