La Banque centrale européenne (BCE) ne peut pas agir au-delà de son mandat, qui est le maintien de la stabilité des prix, a déclaré son président Mario Draghi jeudi devant le Parlement européen où il a présenté le rapport annuel 2010 de l’institution monétaire.

«Certains disent que la BCE doit faire plus, d’autres qu’elle doit faire moins», a résumé M. Draghi. Mais «il y a un traité. On ne doit pas demander à la BCE de faire des choses hors du traité», a-t-il asséné, jugeant que ce serait «une erreur d’aller au-delà des traités» et porterait atteinte à la crédibilité de l’institution.

Evoquant plus particulièrement le programme de rachat d’obligations publiques de la BCE, que nombre de responsables politiques et d’économistes lui réclament d’augmenter fortement pour mettre un terme à la propagation de la crise de la dette, M. Draghi a opposé une fin de non-recevoir.

Ce programme est «temporaire» et «limité», c’est-à-dire «pas infini», a-t-il déclaré. «Le rôle de ce programme n’est pas de créer des liquidités ou de remplacer les gouvernements mais d’assurer la bonne transmission de notre politique monétaire», a-t-il répété.