Banques

La BCGE a vu son bénéfice progresser en 2015

L’établissement genevois a annoncé ses résultats mardi. Sa masse sous gestion a augmenté, notamment en raison de sa pratique concernant les intérêts négatifs

Les responsables de la Banque cantonale de Genève (BCGE) avaient le sourire mardi matin au moment de dévoiler leurs résultats 2015. Face à la presse, ils ont annoncé un bénéfice net de 78,2 millions de francs (+2,7%) et des actifs gérés et administrés de 21,8 milliards (+9,7%). Le résultat opérationnel a quant à lui bondi de 12,6%, à 130 millions de francs, malgré des produits d’exploitation en baisse (-0,7%) et des charges en hausse (+1,4%). Un résultat dû, entre autres, à une baisse des amortissements et à la cession d’une participation, a expliqué le directeur financier Eric Bourgeaux.

«Les résultats ont progressé en dépit de nombreux défis», s’est pour sa part félicité Blaise Goetschin. Le directeur de la banque a ainsi cité l’adaptation aux nouvelles normes réglementaires, les taux d’intérêt négatifs, le franc fort et la baisse prononcée des prix des matières premières.

Au niveau des revenus, seules les commissions ont affiché une baisse, passant de 110 millions en 2014 à 101 millions en 2015. «Cela est dû aux incertitudes de marché qui ont affecté la gestion de fortune mais aussi à la baisse des prix des matières premières qui a touché notre activité de financement du négoce», a expliqué Blaise Goetschin. «Si les négociants font toujours autant de volumes que par le passé, ils ont besoin de moins de crédits et préfèrent les rembourser, voire payer leurs impôts en avance, plutôt que de subir les intérêts négatifs», a précisé Eric Bourgeaux.

La BCGE, elle, a choisi de ne pas répercuter les taux négatifs sur les clients disposant de moins de 5 millions de francs. Une décision qui pourrait expliquer, en partie, la progression des dépôts de la clientèle qui ont progressé de 9,3% à 12,7 milliards de frais. Un afflux d’argent frais qui est le fait de clients suisses principalement et plutôt d’Asie et du Moyen-Orient pour ce qui concerne l’étranger, a souligné Blaise Goetschin.

Les créances hypothécaires ont progressé de 4,9% sur un an pour s’inscrire à 462 millions de francs.

Publicité