Aux Etats-Unis, les entreprises mettent fin à leur modèle de retraite. FedEx, le leader du transport mondial, a annoncé le 18 novembre qu’il gelait son fonds de pension basé sur la primauté des prestations. En clair, il ne le proposera plus aux nouveaux employés. FedEx doit maintenant faire face à la critique. Les groupes se moquent-ils de la retraite de leurs salariés? Méchants patrons et employés victimes? C’est plus compliqué qu’il n’y paraît.

Le transporteur proposera aux nouveaux salariés de participer à un système composé d’un fonds appelé 401 (k). L’employeur contribuera jusqu’à 8% du salaire si l’employé cotise 6% de son salaire. Le but n’est pas d’économiser, selon la société, mais de reporter le risque d’une baisse des marchés sur les employés. C’est surtout une bonne nouvelle pour les actionnaires.