La récente prise de pouvoir d'Unaxis par les investisseurs autrichiens Mirko Kovats et Ronny Pecik ne se traduit pas encore dans les chiffres. Les résultats semestriels présentés jeudi à Zurich sont en net recul. Le conglomérat technologique enregistre une perte nette de 117 millions de francs, contre un bénéfice de 26 millions en 2004. Le chiffre d'affaires global plonge de 30% à 702 millions de francs. «Deux activités influencent de manière négative les résultats d'Unaxis. Il s'agit des semi-conducteurs et de la division Data Storage Solutions [ndlr: systèmes de stockage de données utilisés dans les PC mais aussi par exemple dans les iPod]. Elles ont subi les effets d'une faiblesse cyclique au niveau de la demande et d'une forte pression sur les prix», commente Thomas Limberger, patron d'Unaxis depuis le 1er août, jeudi à Zurich. Les ventes de Data Storage Solutions ont ainsi chuté de 57,3% à 61 millions de francs. Conséquence, la perte opérationnelle s'élève à 11 millions de francs, contre un bénéfice de 22 millions de francs en 2004. Les semi-conducteurs, division la plus importante d'Unaxis en termes de chiffre d'affaires, sont tout autant à la peine. Les ventes ont plongé de 53,5% à 167 millions de francs.

A côté de ce sombre tableau, la division Coating Services (ndlr.: couches minces pour Compact Disc) fait figure de rescapée. Ses ventes ont progressé de 4,9% à 191 millions de francs. Avec un chiffre d'affaires inchangé à 185 millions de francs de la division Vacuum Solutions (ndlr.: pompes à vide), Unaxis limite quelque peu les dégâts. Mais le résultat opérationnel (EBIT) de celle-ci passe néanmoins dans les chiffres rouges avec une perte de 3 millions.

Division «écrans» à vendre

Pour Thomas Limberger, beaucoup de travail reste à faire pour mener le groupe à la rentabilité. «Unaxis doit être restructuré et repositionné. Nous donnerons les détails de ce plan d'ici à deux semaines. Nous n'envisageons pas de nouvelles vagues de licenciements mais, désormais, les responsables de division auront des comptes à rendre chaque mois par rapport aux objectifs fixés.» Il ajoute: «Nous sommes en discussion avec différentes parties pour la vente de la division Display Technology [écrans]. Nous comptons aussi réaliser des acquisitions, par exemple dans la construction de machines, pour nous repositionner et devenir un vrai leader technologique. Des synergies entre nos différentes divisions sont aussi envisagées pour diminuer les coûts.»

Pour Stefan Gächter, analyste à la Banque cantonale de Zurich, «les résultats sont nettement au-dessous de nos attentes. Les marges de la division Coating Services reculent de manière significative.»

Du côté de Julius Bär, on se montre aussi négatif. «Nous allons réduire nos perspectives pour 2005. Nous pensons que le prix de l'action ne reflète pas la valeur fondamentale du groupe», soutient l'analyste Bruno Winiger, dans un communiqué. Malgré la déception, le marché semble ne pas avoir été tellement surpris par les mauvais résultats d'Unaxis. Le titre est resté pratiquement inchangé à 182,40 francs.