Tecan a largement dépassé les attentes du marché en l'an 2000. La société zurichoise a dévoilé ses résultats lors d'une conférence jeudi: un bond de 40,6% de son bénéfice net à 39,5 millions et de 41,2% de son résultat d'exploitation à près de 60 millions (voir le tableau). Les analystes interrogés par Bloomberg tablaient sur une hausse du bénéfice net de 32% à 37,2 millions. Tous les secteurs d'activité du groupe, spécialisé dans la fourniture de laboratoires automatisés destinés à l'industrie des sciences de la vie, ont contribué à cette bonne performance (génomique, protéomique, développement de médicaments et secteur des diagnostics, lire Le Temps du 17 janvier 2001).

Géographiquement, bien que l'Europe et l'Asie aient également enregistré une bonne croissance de leurs chiffres d'affaires, les ventes en Amérique du Nord ont eu le vent en poupe avec une progression de 55% à 134 millions. Cette région représente actuellement près de la moitié du chiffre d'affaires du groupe. «Cela nous place en position très favorable pour exploiter la croissance future du marché des sciences de la vie», a déclaré Emile Sutcliffe, président du groupe.

Ce dernier table sur une croissance des ventes de 30% en monnaies locales en 2001 (contre 33% l'année dernière), grâce à une forte demande de l'industrie pharmaceutique et biotechnologique, aussi bien en Europe qu'en Amérique du Nord. Un objectif jugé réalisable par certains acteurs du marché. «Le groupe n'a enregistré aucun ralentissement des ventes d'équipements. Au contraire, la croissance au dernier semestre 2000 s'est accélérée. Le rebond de l'Asie devrait également les aider», a relevé Thomas Thaler, analyste auprès de la banque Julius Bär à Zurich. Tecan s'attend notamment à une forte croissance dans les produits détecteurs de pathogènes, comme celui que l'on trouve dans la maladie de la vache folle.

Forte valorisation boursière

Le titre du groupe a clôturé la séance en hausse de 1,5% à 1700 francs, effaçant les pertes qu'il avait enregistrées depuis début mars. L'action a plus que doublé en 2000, chiffrant la capitalisation boursière du groupe à plus de deux milliards de francs. Selon Emile Sutcliffe, une telle valorisation devrait permettre à Tecan de se défendre contre d'éventuels repreneurs. L'industrie dans laquelle la société opère se caractérise en effet par son haut degré de fragmentation. «Les fusions et acquisitions iront dans toutes les directions au cours des prochains mois», estime le responsable.

Comme annoncé précédemment, Tecan compte poursuivre sa stratégie d'expansion dans deux directions: dans ses activités de base comme la génomique, la protéomique, le développement de médicaments et le secteur des diagnostics, mais aussi dans toutes les activités qui facilitent la fourniture des produits à ses clients, comme la collecte de données (notamment afin de permettre aux compagnies pharmaceutiques de mieux cibler leurs produits), la fourniture d'agents réactifs (Tecan a récemment signé un accord dans ce sens avec l'allemand Merck), ainsi que celle d'équipements annexes et jetables (le groupe a créé un laboratoire sur CD-Rom, qui permet d'analyser des liquides).

Les responsables de la société zurichoise ont par ailleurs annoncé leur intention d'accroître le dividende pour l'an 2000 à 3,5 francs contre 2,5 l'année précédente. Ils proposeront également lors de l'assemblée générale du 26 avril une division du titre par dix afin d'accroître sa liquidité.