Le spécialiste du luxe Richemont a réalisé au cours du premier semestre 2014/2015 clos fin septembre un bénéfice net en baisse de 23% à 907 millions d’euros sur un an, a-t-il annoncé vendredi. Le chiffre d’affaires a progressé de 2% à 5,43 milliards d’euros.

Le résultat opérationnel est aussi en recul de 4% à 1,31 milliard d’euros, a précisé le groupe. La marge correspondante s’établit à 24%, elle a perdu 160 points de base.

Le bénéfice par action a baissé de 24% à 1,603 milliard d’euros. Et la position cash net a progressé de 421 millions d’euros à 4,28 milliards d’euros, indique le communiqué.

La plupart des résultats sont en dessous des prévisions du consensus AWP. Les analystes avaient prévu un chiffre d’affaires de 5,40 milliards d’euros. Ils tablaient sur un bénéfice net de 1,09 milliard d’euros et un résultat opérationnel de 1,33 milliard d’euros.

Le spécialiste du luxe a indiqué que le contexte de marché reste difficile avant la période des vacances de fin d’année. Le groupe estime cependant que son positionnement dans les différents secteurs lui permettra de croître davantage.

En raison d’un environnement difficile, le groupe de luxe Richemont a pris des mesures de contrôle de ses coûts. Il a ralenti le recrutement de nouveaux employés, a indiqué vendredi en conférence téléphonique son directeur financier Gary Saage.

«Nous avons ralenti le recrutement de nouveaux employés, pas seulement en Suisse, mais dans le monde. Nous examinons chaque poste que nous devons remplacer», a affirmé le responsable de Richemont.

Il a rappelé que Cartier, une des 20 marques du groupe, va mettre ses 230 employés de la manufacture de Villars-sur-Glâne (FR) au chômage partiel à compter du 1er novembre.

«Nous ne prévoyons pas de nouvelles mesures dans cette direction», a précisé Gary Saage. Il a toutefois ajouté examiner la situation dans d’autres branches, sans donner de chiffres.

«Nous passons en revue nos coûts au niveau des magasins et du personnel. Nous réfléchissons pour chaque remplacement de poste», a déclaré le directeur financier de Richemont.

Le groupe de luxe basé à Genève souffre en particulier d’un ralentissement de ses ventes en Chine. Elles ont diminué de 4% au cours du semestre clos à fin septembre. Les ventes sont par contre en hausse en Amérique du Nord et au Moyen-Orient.