L a Caixa, la plus importante caisse d'épargne, a annoncé jeudi un résultat net consolidé – part du groupe – atteignant 875 millions d'euros (1,33 milliard de francs), contre 726 millions d'euros en 1999, ce qui représente une hausse de 20,5%. Le produit net bancaire a cru de 29,7% à 2,07 milliards d'euros, a encore précisé La Caixa dans un communiqué de presse. Avec un effectif dépassant 20 000 collaborateurs, dont plus de 17 000 pour La Caixa en tant que telle, ce groupe financier est l'un des plus importants en Espagne.

Le plus important actionnaire de Telefonica

La caisse d'épargne catalane est l'un des principaux investisseurs espagnols du secteur industriel. La Caixa possède notamment plus de 10% du capital du pétrolier ibérique Repsol, une participation estimée à 224 millions d'euros par l'agence Bloomberg. Le gouvernement espagnol a permis à l'institution financière de porter sa part à 15%. L'établissement possède aussi 4% du capital de Deutsche Bank.

La Caixa est aussi, avec 3,8%, le deuxième plus gros actionnaire de Telefonica. Toujours dans le secteur des télécoms, La Caixa compte participer à hauteur de 65 millions de dollars au financement d'un fonds high-tech lancé par Telefonica. Selon l'agence Bloomberg, La Caixa avait d'abord décidé d'investir 200 millions de dollars dans ce fonds, mais la banque a revu ensuite à la baisse le montant de son placement.

Dérapage des prix de détail

Cette légendaire prudence dans sa politique d'investissements a permis au groupe dirigé par Josep Vilarasau de naviguer sans mal durant la décennie passée, marquée par la crise économique. Le Catalan est devenu en quelques années l'un des banquiers les plus avisés d'Espagne.

Aujourd'hui, la croissance s'affaiblit en Espagne mais le PIB a encore augmenté de plus de 4% au troisième trimestre 2000. Jeudi, les prix à la consommation ont enregistré une hausse de 0,3% en décembre, le taux d'inflation sur l'ensemble de 2000 s'établissant à 4% contre une prévision officielle de 2%, a indiqué l'Institut national de la statistique (INE). Le mois dernier, les produits alimentaires frais ont constitué le secteur le plus inflationniste avec une hausse de 2,4% par rapport à novembre. En dépit du dérapage des prix de détail en 2000, l'exécutif maintient sa prévision d'inflation pour 2001, soit +2%. «C'est le chiffre fixé par la Banque centrale européenne et le niveau qui nous convient», a récemment affirmé à l'AFP le ministre des Finances, Cristobal Montoro.