Le producteur de chocolat haut de gamme zurichois Lindt & Sprüngli a vu ses résultats se contracter l’an dernier. Son bénéfice net a chuté de 26,2% par rapport à 2008 à 193,1 millions de francs, alors que son chiffre d’affaires reculait de 1,9% à 2,52 milliards.

Au niveau opérationnel, le résultat avant intérêts et impôts (EBIT) s’est aussi détérioré, plongeant de 26,7% à 264,8 millions de francs, a annoncé le confiseur dans un communiqué. Il relève que pour la première fois depuis dix ans, le marché global du chocolat a accusé un recul en termes de volume.

Pour 2010, Lindt & Sprüngli estime que la situation instable sur les marchés des matières premières devrait encore persister, ce qui l’affectera surtout au niveau des prix du cacao. Il considère aussi que le climat de consommation se maintiendra à un niveau «modeste».

Le groupe s’attend toutefois à une lente amélioration du climat économique général au deuxième semestre. Lindt & Sprüngli prévoit par conséquent une croissance sensiblement plus élevée de ses ventes, de l’ordre de 5 à 7%, et un résultat d’exploitation (EBIT) entre 300 et 340 millions de francs.

Et en dépit des résultats «modestes» de 2009, le conseil d’administration proposera à l’assemblée générale du 22 avril une augmentation de 11,1% du dividende, à 400 francs par action nominative (360 francs au titre de 2008) et de 40 francs par bon de participation (36 francs pour 2008).