L'année du covid a été extrêmement profitable pour Julius Baer. La banque zurichoise a vu son bénéfice net augmenter de 50% à 698 millions de francs l'an dernier, selon des chiffres diffusés lundi matin. Une provision de 73 millions a été constituée en lien avec le dossier de corruption présumée à la FIFA. Cette affaire a fait l'objet d'un accord de principe avec les autorités américaines annoncé en novembre dernier. Une autre provisions de 190 millions découle de la perte de valeur de l'investissement fait dans le gestionnaire de fortune italien Kairos, propriété de Julius Baer.

En septembre 2020: Julius Baer veut une politique de bonus plus durable

Hausse de 2% des avoirs sous gestion

Les avoirs sous gestion ont progressé de 2% à 434 milliards de francs. Les afflux nets de capitaux ont atteint 15,1 milliards de francs l'an dernier, représentant un taux de croissance de 3,5%. Le total des avoirs des clients dépasse pour la première fois la barre des 500 milliards de francs si l'on prend en compte les actifs déposés auprès de l'établissement zurichois (72 milliards de francs). 

Rachats d'action

Un nouveau programme de rachat d'actions de 450 millions au maximum devrait être déployé jusqu'en février 2022. Le dividende de 1,75 franc proposé pour l'année 2020, progresse pour sa part de 17%. 

Pour Philipp Rickenbacher, le directeur général de Julius Baer Group, cette performance «remarquable» constitue «la première concrétisation de la stratégie de transformation sur trois ans présentée en février 2020».

Le 25 janvier 2021: Le «petit Madoff suisse» ressurgit

Les analystes de Morgan Stanley soulignent la solide dynamique des afflux de capitaux et les progrès en matière de réduction des coûts, qui dépassent les attentes, la preuve que les mesures d'économies sont efficaces, peut-on lire dans une note publiée lundi matin. Morgan Stanley recommande de surpondérer l'action, Julius Baer étant décrite comme l'un de ses valeurs bancaires favorites en Europe.

Après avoir annoncé début 2019 un programme de réduction des coûts de 100 millions de francs qui devait toucher 140 emplois (2% des effectifs), Julius Baer avait décidé en février 2020 de supprimer 300 postes supplémentaires, dont 200 en suisse.

Le nombre moyen d'employés a reculé de 1% l'an dernier, pour atteindre 6606 équivalents temps plein fin 2020, soit 123 de moins par rapport à juin 2020. Les frais liés au personnel ont eux aussi reculé de 1% l'an dernier, à 1,589 milliard de francs, dont 31 millions de frais lié aux économies annoncées en février 2020.