Le groupe horloger Swatch a vu son bénéfice net reculer en 2019, Hongkong, marché primordial pour l’industrie des montres helvétiques, ayant freiné la marche des affaires.

Durant la période sous revue, le bénéfice net a chuté de 13,7% à 748 millions de francs, tandis que le résultat opérationnel (Ebit) a cédé 11,4% à 1,02 milliard de francs. La marge afférente a baissé à 12,4%, contre 13,6% précédemment, a annoncé le groupe biennois jeudi dans un communiqué.

Lire également: Swatch Group inaugure son petit royaume biennois

Le chiffre d’affaires a reculé de 2,7% à 8,24 milliards. Hors effets de change, la baisse s’est limitée à 1,8%. Le conseil d’administration proposera un dividende inchangé de 8 francs par action au porteur et de 1,60 franc par nominative.

Baisse importante des ventes à Hongkong

La baisse des revenus dans l'ancienne colonie britannique où il exploite plus de 90 boutiques s'est chiffrée à quelque 200 millions de francs suisses «rien qu'au second semestre», a-t-il précisé. En excluant Hongkong, son chiffre d'affaires s'est accru de 5% sur la seconde moitié de l'année.

Ces ventes s'inscrivent dans la lignée des prévisions des analystes interrogés par AWP, qui l'attendaient en moyenne à 8,2 milliards de francs mais le bénéfice se situe en deçà des estimations. Les analystes l'escomptaient à 801 millions de francs suisses.

A l’exception du dividende qui était attendu en baisse, l’ensemble des résultats est inférieur au consensus AWP. Les analystes interrogés anticipaient en moyenne des ventes de 8,28 milliards, un Ebit de 1,08 milliard et un bénéfice net de 801 millions de francs. Pour 2020, une poursuite de la croissance en monnaies locales est anticipée dans toutes les régions hormis Hongkong.

«Croissance saine» prévue en 2020

Connu pour ses montres en plastique multicolore mais également propriétaire d'un vaste portefeuille de marques, dont Tissot, Longines et Omega, l'horloger suisse compte notamment sur l'e-commerce pour assurer sa croissance.

Pour 2020, il prévoit «une croissance saine» en sur tous les marchés, à l'exception de Hongkong. Les Jeux Olympiques de Tokyo pendant l'été lui permettront de mettre en avant sa marque Omega, le chronométreur officiel de l'événement, a-t-il mis en avant. Il n'a en revanche pas évoqué la situation en Chine, un de ses marchés clés, touché par le nouveau coronavirus.

Lire aussi: La Comco plonge l’horlogerie dans un imbroglio juridico-mécanique

Les exportations horlogères suisses vers Hongkong ont reculé mois après mois depuis le début des manifestations pro-démocratie pour terminer l'année 2019 en baisse de 11,4% sur un an, selon les statistiques de la fédération horlogère publiées mardi.