Pictet a dépassé pour la première fois la barre du milliard de francs de bénéfice net. A précisément 1,008 milliard de francs, le profit net de la banque privée genevoise s’est envolé de 75% l’an dernier, selon un communiqué diffusé mercredi matin. Les avoirs confiés à l’établissement atteignent eux aussi un niveau record, à 698 milliards (contre 609 milliards fin 2020), de même que les apports nets de fonds, supérieurs à 29 milliards (ils avaient atteint 24 milliards en 2020).

Le bénéfice net comprend un produit extraordinaire, issu de la vente du bâtiment principal de Pictet à Genève, conclue dans le cadre d’une opération de cession-bail l’an dernier. Le résultat opérationnel du groupe, qui ne prend pas en compte le produit de cette vente, a atteint 924 millions de francs, en augmentation de 33% sur un an.

Lire aussi: Vontobel augmente son bénéfice de 48%

«Le groupe Pictet a connu une excellente année 2021, déclare l’associé senior Renaud de Planta, cité dans le communiqué. Les conditions sur les marchés ont été très favorables et les avoirs confiés par la clientèle ont atteint un montant record.»

Le groupe, qui emploie plus de 5000 collaborateurs, prévoit d’investir dans la technologie et d’engager 300 personnes au niveau mondial, avec un accent mis sur l’Asie, Londres, Zurich et Francfort, a précisé le banquier à l’agence AWP. En 2019, Renaud de Planta avait détaillé pour Le Temps les ambitions de Pictet pour l’Asie, avec notamment le projet de s’implanter à Shanghai. La zone Asie-Pacifique représente 10 à 12% du total des employés et des actifs de Pictet, cette proportion devrait atteindre 15 à 20% d’ici à la fin de la décennie, a encore précisé l’associé senior à AWP.

Premier semestre déjà historique

Le premier semestre 2021 avait déjà été le meilleur de l’histoire de la banque fondée en 1805, avec un bénéfice net en hausse de 142% à 636 millions. Ses actifs en dépôt ou en gestion s’élevaient à 690 milliards de francs fin juin, contre 609 milliards fin décembre 2020. «Les clients nous ont confié des avoirs nets record», soulignait alors Renaud de Planta. Les revenus opérationnels avaient progressé de 16%, à 1,5 milliard de francs, tandis que les charges avaient augmenté de 7% à 1,1 milliard.

L’année 2021 de Pictet a aussi été marquée par des changements notables au sein du collège des associés. Boris Collardi, l’ancien directeur général de Julius Baer, l’a quitté au 1er septembre, après trois ans et trois mois. A l’inverse, le groupe bancaire genevois a nommé la première femme associée de son histoire, Elif Aktug, une gérante de fonds. Actif dans la division dédiée aux très grandes fortunes, François Pictet, le fils de l’ancien associé Charles Pictet, a également rejoint en septembre dernier le collège des associés, qui comptait dès lors huit membres.

Annoncée le 14 janvier 2021, la vente du principal immeuble de Pictet à l’une des plus grandes sociétés allemandes de fonds immobiliers, Deka Immobilien, avait permis au groupe d’autofinancer la construction d’un nouveau bâtiment, dans le cadre d’une extension de son siège. Ce projet, baptisé «Feng Shui», comprendra aussi un îlot d’immeubles résidentiels et de bureaux autour d’un petit parc, ainsi qu’une tour de 90 mètres soit 24 étages au maximum. L’ensemble de l’ouvrage devrait être terminé en 2025.