Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Le siège de Tamedia à Zurich, 11 janvier 2017.
© Keystone / WALTER BIERI

presse

Le bénéfice semestriel de Tamedia a chuté de moitié

Le groupe de médias boucle le premier semestre sur un bénéfice net de 26,3 millions de francs, en chute de 59%. Le groupe attribue cette performance à la disparition de Publicitas et à la caisse de pension

Le groupe de médias Tamedia a bouclé le premier semestre sur un bénéfice net attribuable aux actionnaires de 26,3 millions de francs, en recul de 59,9% sur un an. Dans un communiqué, l'éditeur zurichois explique le contre-performance notamment par la faillite de Publicitas et la majoration de charges de prévoyance.

Les recettes sont restées quasiment stables (-0,1%) à 477,5 millions de francs, malgré un nouveau recul des produits de la publicité imprimée (-4,3% à 285 millions), a précisé Tamedia mardi.

En juillet: Fin de la grève à Tamedia

L'effet de Publicitas

L'excédent brut d'exploitation (Ebitda) a reculé de près d'un tiers à 85,4 millions, en raison d'une correction de valeur sur créances de 5,0 millions suite à la faillite de Publicitas et de la majoration de charge de prévoyance de 27,8 millions conformément à la norme IAS 19. La marge correspondante s'est effritée de 8,7 points de pourcentage à 17,9%.

Pas de prévisions

Le résultat avant intérêts et impôts (Ebit) a reculé dans les mêmes proportions, à 52,7 millions. «Les charges financières et les produits financiers ont augmenté, notamment suite aux fluctuations de change, qui se sont toutefois neutralisées au final», indique l'entreprise.

Pour la suite de l'exercice, la direction de Tamedia se dit «confiante», sans toutefois se risquer sur le terrain des prévisions chiffrées.

Une prise position du «Temps»: Pourquoi Tamedia se trompe de stratégie

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)