Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Au siège de Swiss Re, Zurich, en juillet 2011.
© STEFFEN SCHMIDT

réassurance

Le bénéfice de Swiss Re a baissé au 1er trimestre

Les catastrophes naturelles du début de l’année, dont le cyclone «Debbie», ont pesé sur les comptes du réassureur basé à Zurich

Les catastrophes naturelles du début d’année ont pesé sur les résultats de Swiss Re. Le réassureur zurichois affiche un bénéfice net de 656 millions de dollars (646 millions de francs) au 1er trimestre, en baisse de près de la moitié sur un an.

Il y a une année, 1,2 milliard de gains

Le résultat avait atteint 1,23 milliard au cours des trois premiers mois de 2016. Les raisons de ce recul sont principalement à trouver dans les conséquences du cyclone Debbie qui a touché l’Australie à la fin de mars, a indiqué jeudi le numéro deux mondial de la réassurance. Le groupe évalue son exposition à la catastrophe à 350 millions de dollars.

Les primes brutes encaissées se sont montées à 10,2 milliards, en baisse de 10,5% sur un an. Corrigées des effets de change, elles se sont contractées de 8,8%. Toutes les divisions, à l’exception de Life Capital, ont vu leurs recettes diminuer.

Recettes de primes en baisse

La principale unité Property and Casualty, active dans les solutions de réassurance pour les dommages, a encaissé des primes brutes de 5,8 milliards de dollars, en baisse par rapport aux 7 milliards des trois premiers mois de 2016. Son ratio combiné, soit le rapport entre les coûts et les dommages d’une part ainsi que les primes de l’autre, s’est détérioré de 2,3 points de pourcentage à 95,6%.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)