La BaFin, l’autorité de régulation financière allemande a lancé une enquête destinée à identifier les spéculateurs intervenant sur la dette grecque, indique l’agence Reuters, citant des sources proches de l’opération. Ces mesures viseraient à les empêcher de profiter indûment d’un éventuel sauvetage financier de la Grèce par l’Europe, solution envers laquelle l’Allemagne reste peu encline.

Les enquêteurs de la BaFin se penchent en particulier sur les opérateurs achetant ou vendant des «credit default swaps» ou CDS. Destinées à l’origine à se protéger contre un éventuel défaut de paiement d’Athènes, ces «assurances» sont surtout utilisées comme un moyen parallèle permettant de parier sur la dégradation de la situation financière du pays.

Lundi, le Financial Times, indiquait que trois ou quatre des plus gros «hedge funds» – parmi lesquels Paulson & Co – ont réalisé des profits considérables en anticipant une vague de vente d’emprunts grecs par les banques européennes. Ces fonds alternatifs, avaient acheté des CDS sur la Grèce l’an dernier, quand le prix de ces «assurances» était encore bas. Ils s’en sont débarrassés et seraient maintenant en train soit de racheter la dette grecque sous-jacente – dont le rendement s’est envolé – soit de proposer de nouvelles «assurances» contre une dégradation de la situation aux autres participants du marché.