Ni dans une station de ski, ni dans une quelconque région de montagne. Et ni dans le Haut-Valais, où il a bâti sa carrière de patron de remontées mécaniques. C’est à Berne que Berno Stoffel nous a donné rendez-vous, dans le bâtiment où se sont installées l’année dernière les Remontées mécaniques suisses (RMS).

Cela pourrait être anecdotique. Mais ça ne l’est pas. Le directeur de la faîtière des stations de ski avait besoin d’être proche des décideurs politiques, du Conseil fédéral en particulier, pour parvenir à les convaincre de laisser les remontées mécaniques opérer, alors que toutes les autres activités étaient interdites, lors de la deuxième vague.