La croissance des affaires de Swiss Life est inférieure aux attentes, notamment en Suisse. La direction l’explique par le refus de souscrire à des affaires non rentables. Et il est vrai que rien ne sert de sacrifier le long terme pour un peu de chiffre d’affaires. Mais, comme l’indique un analyste de Kepler, de nouvelles initiatives sont aujourd’hui nécessaires. La baisse des coûts ne suffit pas. Une note positive: la croissance dans la prévoyance professionnelle en Suisse. Quant à AWD, sa filiale dans le conseil en investissement, on ne peut que hausser les épaules devant l’accumulation de mauvaises nouvelles (recettes – 18%). Un amortissement du goodwill sera-t-il évité? C’est seulement possible si AWD augmente de 6% par an son bénéfice d’exploitation ces cinq prochaines années. Un sacré défi! Le bénéfice du groupe devrait baisser cette année. Mais l’action est très bon marché à un tiers de sa valeur intrinsèque et avec un multiple des bénéfices de seulement 5 fois pour 2012.