Le bilan Sarkozy remonte à la surface

«Ceux qui s’alarment de l’état des finances de la France feraient mieux de se souvenir de leur bilan. A bon entendeur…» Il est tout juste 8 heures du matin, à Bercy. Michel Sapin ouvre sa présentation sur une courbe: celle de l’augmentation accélérée de la dette publique entre 2002 et 2012: 1000 milliards d’euros rajoutés à l’endettement hexagonal, dont 600 milliards sous Nicolas Sarkozy… dont l’ex-premier ministre, François Fillon, dit aujourd’hui craindre un «accident financier». La volonté est claire: ne pas laisser la droite et l’ancien président occuper le terrain des chiffres. Au contraire. «Notre discours est celui de la vérité et de la volonté», tonne Michel Sapin qui, trois fois, cite les dépenses de l’ère Sarkozy. La riposte statistique est engagée…