Pharma

Biogen visé pour une fusion

Une grosse opération de concentration se prépare dans la biotechnologie selon le «Wall Street Journal»

Le groupe pharmaceutique américain Biogen, qui emploie 400 personnes en Suisse et projette la construction d’une usine d’un milliard de francs dans le canton de Soleure, suscite l’intérêt de plusieurs concurrents qui souhaitent une opération de fusion.

Le Wall Street Journal l’affirme en citant des sources proches du dossier. La nouvelle suscite des commentaires de plusieurs analystes financiers qui commencent à spéculer sur les effets de synergies possibles. Les investisseurs ont également réagi en faisant grimper le titre 9,36% mardi au Nasdaq.

Après l’annonce d’excellents résultats au deuxième trimestre, soit une hausse de 12% du chiffre d’affaires et de 13% du bénéfice, à plus d’un milliard de dollars, la société s’est nettement valorisée. Le titre a bondi de 44% en une semaine.

Les noms d’acquéreurs potentiels le plus souvent cités sont ceux du groupe américain Merck et d’Allergan, basé à Dublin. Cette société a fait les grands titres de la presse ce printemps car Pfizer, numéro un mondial de l’industrie pharmaceutique, voulait l’acquérir pour 150 milliards de dollars (145,4 milliards de francs) afin de réaliser un gain fiscal. Le durcissement des règles dites d’inversion fiscale aux Etats-Unis avait mis fin à ce projet.

Le médicament phare de Biogen est un traitement contre la sclérose en plaques, Tecfidera, qui représente plus du tiers du chiffre annuel de 10,8 milliards de dollars réalisé par la société qui emploie 8000 personnes. Merck n’est pas spécialisé dans ce domaine, ce qui fait penser à Vamil Divan, analyste de Credit Suisse, que ce groupe n’est pas forcément le mieux à même de réaliser des synergies dans une opération de fusion avec Biogen.

Roche ou Novartis en lice?

L’analyste glisse au passage que les deux entreprises suisses Roche et Novartis auraient par contre intérêt à une telle opération puisqu’elles disposent de traitements contre la sclérose en plaques.

L’autre point fort de Biogen est sa recherche dans le domaine de la maladie d’Alzheimer. L’usine projetée en Suisse est d’ailleurs prévue pour la fabrication, dès 2019, de la prochaine génération de médicaments qui devraient ralentir la progression de cette maladie. Allergan est spécialisé dans les maladies du système nerveux central et dispose de moyens financiers importants dégagés par la récente vente, pour 33,4 milliards de dollars, de sa division génériques à l’israëlien Teva. Reste que le moment, pour Biogen, d’entrer en négociation de fusion, semble peu propice puisque son directeur général George Scangos est démissionnaire.

Publicité