La chronique des changes

Bitcoin: bulle spéculative ou révolution technologique?

Parfois présentée comme une alternative à l’or, la cryptomonnaie a gagné près de 400% cette année, mais ses fondamentaux restent incertains

Où s’arrêtera la monnaie numérique la plus connue? Depuis sa création en 2009, le bitcoin a été déclaré mort 174 fois (série en cours). L’évolution de son prix est exponentielle et incite les investisseurs à la prudence. La crainte d’une bulle spéculative est à première vue fondée, au vu de l’irrationalité des rendements offerts depuis le début de l’année (quasiment 400%, passant de 1000 euros à presque 4800 euros). Certains observateurs sont convaincus qu’il ne s’agit encore que d’un avant-goût et que le prix du bitcoin atteindra des niveaux bien plus élevés encore.

Quelles sont les raisons qui font que le bitcoin est ainsi demandé? Tout d’abord, le débat fait rage pour savoir s’il peut représenter une alternative crédible à l’or. Le bitcoin possède en tout cas les principales caractéristiques d’une monnaie, à savoir la durabilité, la portabilité, la divisibilité et, enfin, le bitcoin a bien une valeur intrinsèque.

Car la rareté n’est pas une condition suffisante à la détermination du prix. L’utilité, et la monnaie numérique en a une, est très importante. Le bitcoin permet de stocker de la valeur. Les pourfendeurs du BTC (mnémonique bien connu des investisseurs) refusent au bitcoin son statut de monnaie à part entière alors que l’offre reste limitée, au contraire des monnaies fiduciaires qui possèdent de moins en moins de valeur intrinsèque du fait de leur inflation quasi illimitée à cause notamment des programmes d’assouplissement quantitatif des banques centrales.

Fondamentaux incertains

Cependant, elle est beaucoup critiquée car ses fondamentaux, les éléments qui font varier son cours, sont encore incertains. Toutefois, à l’avenir, il n’est pas interdit de penser que le bitcoin deviendra une valeur refuge.

Un des problèmes futurs du bitcoin sera certainement sa réputation. Les forks, autrement dit les changements de protocole qui amènent à la duplication de la monnaie (sous un autre nom), commencent à se multiplier. Il y en a eu un au mois d’août et il a donné naissance au bitcoin Cash. Il y aura bientôt le bitcoin Gold fin octobre et le B2X en novembre. Nous ne rentrerons pas dans les détails techniques ici, mais force est de constater que si inflation de la monnaie numérique il y aura, les forks en seront certainement la cause.

Un autre problème du bitcoin est sa technologie, qui est «dépassée» en comparaison avec d’autres cryptomonnaies comme le Litecoin ou le Ripple. Ainsi, une transaction en bitcoin est souvent très chère. Les frais associés ne permettent pas d’imaginer pour l’instant une utilisation généralisée de la cryptomonnaie dans un futur proche.

De plus, une transaction peut parfois mettre plus d’une heure pour être validée et confirmée. En effet, l’algorithme actuel du bitcoin tolère environ sept transactions à la seconde. Evidemment, des améliorations de cet algorithme de validation pourraient faciliter l’acceptation du bitcoin comme une monnaie à part entière. Ceci est définitivement de l’ordre du probable.

Détenu par 0,01% de la population

Ce qui est réellement important dans cette monnaie qu’est le bitcoin, c’est la technologie utilisée, à savoir la blockchain, une base de données dont l’intégrité est préservée par les utilisateurs. Le bitcoin, qui n’est finalement qu’une application de la blockchain, bénéficie de son statut de première cryptomonnaie.

Pour l’heure, il n’existe que 18 millions de bitcoins et l’offre maximale est de 21 millions. Notons également que seulement 0,01% de la population mondiale possède des bitcoins. Si ne serait-ce que 1% de la population mondiale se décide à en détenir, alors le prix de l’actif numérique s’envolera certainement.

Je pense que le bitcoin a de beaux jours devant lui et à Swissquote, nous prenons cette direction. Nous pensons que ceux qui en déclarent la fin n’ont pas encore pris la mesure de la révolution technologique en cours.

Lire aussi: Bitcoin: une technologie révolutionnaire au service d’un gadget

Dossier
De la blockchain aux monnaies virtuelles

Publicité