C’est la question de la semaine dans le monde des cryptomonnaies: le bitcoin va-t-il dépasser son record historique d’avril, proche de 64 000 dollars, avant le week-end? La plus connue des cryptos valait autour de 62 300 dollars mardi matin, après avoir bondi de près de 50% depuis le 28 septembre. Et juste avant un événement présenté comme historique par ses partisans: la cotation du premier ETF sur le bitcoin, ce mardi à New York. Cet instrument devrait permettre au grand public américain, pour la première fois, d’investir dans le bitcoin sans devoir en acheter directement. Ce qui devrait porter le cours vers de nouveaux sommets. En réalité, le bitcoin a modérément progressé durant les premières heures de cotation de cet ETF, avant de prendre l'ascenseur durant la nuit.

Avec un ETF, plus besoin d’acheter des bitcoins sur des plateformes d’échange peu régulées et régulièrement ciblées par des hackers ou des escrocs. Plus besoin non plus de conserver ces bitcoins sur un portefeuille électronique, dont il ne faut absolument pas perdre le code d’accès, la clé privée. Bref, un ETF, c’est-à-dire un fonds indiciel, représente la facilité d’investir dans une classe d’actifs encore peu pratiquée par le grand public, avec de faibles frais de gestion et depuis un simple compte auprès d’un courtier en ligne.

Lire aussi: Le bitcoin pour les nuls

Mais celui lancé mardi par ProShares, un spécialiste américain des ETF avec effet de levier, est un peu particulier. Il ne s’agit pas d’un ETF dit «physique», qui détiendrait des bitcoins, et dont la valeur fluctuerait de concert avec le cours de cette cryptomonnaie. Les jumeaux Winkelvoss, les cocréateurs de Facebook, avaient été les premiers à vouloir lancer un tel produit, dès 2013, lorsque le bitcoin valait moins de 1000 dollars.

Des instruments répliquant le cours du bitcoin existent en Suisse, au Canada ou à Jersey. Mais l’autorité des marchés américains, la SEC, n’en a jamais voulu, car elle estime que le prix du bitcoin peut être manipulé, que ses violentes variations sont dangereuses pour les petits investisseurs et que la liquidité n’est pas assurée. Sur les trois dernières années, le bitcoin a successivement perdu 74%, puis gagné 95% et 305%.

Adossé à la future valeur du bitcoin

L’ETF lancé par ProShares est adossé à des contrats à terme sur le bitcoin, c’est-à-dire, en résumé, à la valeur que les investisseurs pensent qu’il aura dans le futur. Ces contrats à terme, appelés «futures» en jargon financier, sont massivement utilisés dans le monde des matières premières et des actifs financiers classiques. Les acquéreurs de l’ETF américain sur le bitcoin devront s’habituer à leur fonctionnement particulier.

Lorsque le marché estime qu’un actif vaudra davantage dans un futur plus lointain, une situation appelée «contango», l’investisseur aura intérêt à conserver sa position, ce qui signifie renouveler ses contrats arrivés à expiration, de mois en mois. L’opération a un coût, qui peut plomber la performance d’un tel investissement. Le bitcoin se trouve actuellement en situation de contango mais il pourrait aussi passer en configuration inverse, lorsque le marché prévoit qu’un actif vaudra moins à l’avenir – on parle de «backwardation».

Lire aussi: Le bitcoin chute pour son premier jour en tant que monnaie officielle du Salvador

En conséquence, «la valeur d’un contrat à terme sur le bitcoin peut s’éloigner du prix comptant», également appelé spot, résume Mads Eberhardt, analyste en cryptomonnaies chez Saxo Bank. De quoi décontenancer les boursicoteurs peu expérimentés qui profiteraient du lancement de cet ETF pour s’exposer au bitcoin en espérant surfer une vague de fièvre spéculative jusqu’à la fin de l’année. Le surcoût lié à la détention de «futures» viendra compenser les faibles frais de gestion de l’ETF, qui ne devrait donc pas attirer beaucoup d’investisseurs à long terme et exercer moins d’influence sur le bitcoin que prévu, conclut Mads Eberhardt. Aux alentours de 16h30 mardi, un bitcoin valait près de 61 750 dollars, en recul de 0,5% sur 24 heures.

La tendance s’est inversée dans les heures qui ont suivi, pendant la nuit en Europe. Les achats de cet ETF sont montés en flèche. Son cours a finalement progressé de 4,9% et plus de 24 millions d’actions ont finalement été échangées durant la séance boursière, selon des données compilées par Bloomberg. En parallèle, le cours du bitcoin a pris l'ascenseur durant la nuit, pour dépasser 64 440 dollars un peu avant 2h du matin heure suisse, tout proche de son record historique d’avril, selon le site Coindesk.

Lire aussi: Ils aiment le bitcoin, et pourtant ce sont des gens ordinaires

D’autres ETF adossés à des «futures» sur le bitcoin ont demandé des autorisations aux Etats-Unis, tandis que le régulateur financier de Guernesey a approuvé vendredi un ETF physique, lié au prix spot. Ce véhicule doit encore recevoir l’agrément de la FCA, le surveillant des marchés financiers anglais.

* article mis à jour mercredi en fin de matinée, pour refléter les développements de la nuit, notamment l'évolution du cours de l'ETF de ProShares et du cours du bitcoin.