Paiements 2.0

Bitcoin/monnaie numérique: le point de basculement est arrivé

Améliorer l’efficacité des paiements revient à supprimer une charge inutile sur le commerce. Il est difficile de savoir à quoi ressembleront les futurs modèles économiques d’entreprise à l’issue de cette transformation. Raison de plus pour commencer à se sentir à l’aise

Le secteur des services financiers est en pleine mutation. Une mutation qui va changer notre façon d’envisager le monde des paiements. Certains indicateurs montrent que le processus de transformation est sur le point de se terminer. Les banques et les compagnies d’assurances seront-elles prêtes le moment venu?

A lire aussi:  Pour Washington, le bitcoin, c’est le «nouveau secret»

Aujourd’hui, l’argent circule déjà majoritairement sous forme numérique et peut être transféré en un instant. Le réseau international de paiement est un environnement coûteux criblé de frais. Pour le soutenir, les banques tirent profit des taux flottants sur plusieurs jours, du routage indirect via les réseaux de filiales et d’une infrastructure informatique étendue. A l’échelle mondiale, ce système coûte plus de 1,7 milliard de dollars chaque année aux entreprises et aux consommateurs, un luxe dont on ne saurait se passer – et une cible intéressante pour les perturbateurs.

Plusieurs raisons laissent à penser que nous sommes sur le point d’atteindre un point de basculement. Les échanges de bitcoins ont presque triplé en volume depuis janvier 2016. Sachant que la Chine est en grande partie responsable de ces chiffres, nous pourrions assister à une nouvelle frénésie chinoise autour du bitcoin. Ce pourrait également augurer un changement dans la politique de la Chine en matière de réserves pour s’éloigner du dollar US. Certains signes plaident en faveur de cette deuxième hypothèse. Il est difficile de faire des choses en Chine à moins qu’elle ne vous y aide, et il semble que certaines des grandes banques chinoises soient à l’origine des récents développements.

Bitcoins – un investissement attrayant

Un autre point clé à considérer est la performance des bitcoins en tant qu’investissement. La classe d’actifs a surperformé presque toutes les autres classes sur cinq des six dernières années. L’or – le paradis traditionnel des investissements «non fiat» – montre une corrélation inverse directe avec l’évolution du cours de change des bitcoins. De nombreux clients fortunés comparent cette performance avec leurs rendements et exigent un droit d’accès auprès de leurs banquiers privés. Vontobel a mis en place un système de suivi des bitcoins, qui ouvre la porte aux caps et floors pour stopper les pertes.

A lire aussi:  Les factures d’EY pourront être payées en bitcoins

La nature semi-permanente des taux d’intérêt négatifs commence à ressembler à une taxe. Il y a un excédent de capital bloqué en quête de rendements. Si l’élément de risque pouvait être retiré de l’équation, l’infrastructure de paiement traditionnelle ferait pâle figure à côté de la transparence du grand-livre comptable distribué des transactions bitcoin. Les investisseurs se posent à nouveau la question de savoir s’ils doivent faire confiance à un gouvernement ou à la cryptologie pour déterminer la stabilité de leur monnaie, un point de vue renforcé par des événements récents tels que le Brexit ou le décrochage du franc suisse par rapport à l’euro. La référence mondiale pour la stabilité monétaire, la livre sterling, est aujourd’hui plus volatile que le bitcoin.

S’affranchir des questions relatives à l’évolutivité

Il semble que le moment soit venu pour le bitcoin de s’affranchir des questions liées à l’évolutivité et au décalage de temps pour les transferts d’argent. «Lightning», le futur protocole fonctionnant sur la blockchain du bitcoin, devrait permettre des millions de transactions par seconde avec le même niveau de sécurité. Il est déjà utilisé sur plusieurs réseaux pilotes et pourrait être commercialisé dès juin 2017. Si cela se produit, la monnaie numérique sera non seulement un investissement attrayant, mais fera également partie de notre quotidien.

Des incitations financières fortes pour les systèmes de paiement numérique

L’idée que le consommateur moyen utilise un porte-monnaie électronique avec de l’argent non palpable peut sembler incongrue, mais de fortes incitations financières nous poussent à penser autrement, à commencer par le caractère captif des transactions par cartes de paiement sur le commerce de détail. De 2,5 à 5,0% des recettes brutes servent à payer les services liés aux cartes, sans lesquels la plupart des commerces de détail ne pourraient fonctionner. Le fait de pouvoir décharger les plus petits détaillants de ces coûts uniformise les règles du jeu et réhabilite les commerces indépendants dans les centres-villes. Le taux de fréquentation augmentera, dans les chaînes mondiales comme chez les petits détaillants.

A lire aussi: A qui profite le bitcoin? Aux banques

Le commerce sur Internet est déjà un dérivé du bitcoin. Il est beaucoup plus simple de scanner un code QR que d’entrer les informations relatives à une carte de crédit. La liste des biens et services qui peuvent être achetés avec des bitcoins est de plus en plus longue chaque jour, et quelques grands noms viennent à être cités. EY Suisse a récemment fait son entrée comme la première des Big Four à accepter les bitcoins en rémunération de ses services. La société de services professionnels a également adopté une version du porte-monnaie électronique Copay, qu’elle déploie auprès de ses 230 000 collaborateurs dans le monde après un test pilote en Suisse. C’est là une autre preuve que la monnaie numérique a dépassé le stade de la phase de démarrage et passe maintenant à la vitesse supérieure.

Comment les particuliers peuvent-ils commencer et comment protéger les avoirs numériques?

Certaines mesures peuvent être prises pour se préparer à ce changement à venir. La première consiste à choisir un porte-monnaie numérique et à en comprendre le fonctionnement de même que les risques inhérents. Le fait de supprimer les intermédiaires bancaires réduit les coûts de transaction mais augmente aussi certains risques pour les non-initiés. Si une transaction bitcoin est envoyée à la mauvaise adresse, il n’y a personne à qui s’adresser – et les fonds peuvent être perdus à jamais.

Les individus qui envisagent le bitcoin comme un investissement doivent protéger leurs actifs. L’un des outils utilisés est un porte-monnaie numérique physique. Ce sont pour l’essentiel des petits appareils sécurisés qui empêchent la divulgation de vos clés privées. Il existe également des options pour sécuriser la clé de récupération. Cette clé est une combinaison de 12 à 24 mots permettant à l’utilisateur d’accéder à ses fonds en cas de panne d’appareil. Des sociétés telles que CryptoSteel proposent une sauvegarde à sécurité intégrée qui stocke les clés sur une plaque en acier ignifugé.

Les entreprises doivent évaluer leurs opportunités maintenant

Les entreprises devraient investir pour comprendre l’impact d’une adoption massive de la crypto-monnaie sur leurs activités. Les petites et moyennes entreprises notamment – qui ont souffert de la mondialisation – devraient évaluer si la transition offre de nouveaux marchés et de nouvelles opportunités. L’impact sera perceptible à tous les niveaux. Les lignes d’assemblage commanderont et paieront leurs propres pièces de rechange ainsi que les matières premières en flux tendus. Les usines n’auront plus besoin d’un service financier et le cycle de paiement mensuel tombera en désuétude.

Bien qu’un tel effet d’adoption en masse puisse coûter plus d’emplois que l’automatisation robotisée, il est important de se rappeler que c’est aussi une formidable opportunité. Améliorer l’efficacité des paiements revient à supprimer une charge inutile sur le commerce. Il est difficile de savoir à quoi ressembleront les futurs modèles économiques d’entreprise à l’issue de cette transformation. Raison de plus pour commencer à se sentir à l’aise avec la prochaine étape du cycle de vie des paiements: elle sera indéniablement numérique.

Publicité