mobilité 

BlaBlaCar va lancer ses bus en Allemagne

Frédéric Mazzella, patron de la plateforme de covoiturage l’a annoncé ce vendredi. L’entreprise française va tenter de concurrencer la compagnie de bus FlixBus en lançant ses bus en Allemagne

La plate-forme française de covoiturage BlaBlaCar va lancer des lignes de bus en Allemagne, déclare son patron vendredi dans la presse, s’attaquant ainsi au quasi-monopole détenu par le concurrent FlixBus. D’ici la fin de 2019, 60 villes d’Allemagne – et du Benelux – seront reliées sous la nouvelle marque BlaBlaBus, explique le quotidien Handelsblatt.

Lire aussi: Les bus intercités seront germano-suisses

Le transporteur français va défier en Allemagne la compagnie allemande d’autocars interurbains FlixBus, qui y détient près de 95% de part de marché, selon l’institut de marketing berlinois Iges. «Les gens veulent une offre alternative», déclare Nicolas Brusson, patron de BlaBlaCar, au quotidien allemand. Ce dernier est par ailleurs convaincu que les clients des bus utiliseront également l’offre de covoiturage pour rejoindre des lieux qui ne sont reliés à aucune ligne.

Lancement des «BlaBlaBus» au printemps

L’offensive commerciale à l’international de BlaBlaCar avait été annoncée par son patron dès la reprise en novembre dernier des cars de la SNCF opérant sous la marque Ouibus, en voulant la renommer «BlaBlaBus».

La nouvelle marque pourrait démarrer l’exploitation de premières lignes allemandes au printemps, mais cela dépend des négociations en cours avec les compagnies de bus locales, ajoute Nicolas Brusson.

Lire également: «BlaBlaCar n’a aucun intérêt, et aucune envie, d’en savoir toujours plus sur ses utilisateurs»

La compagnie française applique le même modèle économique que la start-up allemande Flixmobility de Munich. Ces plates-formes organisent les plans de lignes et commercialisent les billets via internet ou des applications mobiles. Les autobus sont conduits par des compagnies indépendantes, sous contrat. Quand Flixbus propose des prix attractifs qui ont façonné son succès, «nous allons bien sûr offrir des tarifs très favorables au début», assure de son côté Nicolas Brusson.

Publicité