BlackRock va liquider ses investissements non durables. C’est ce qu’a annoncé Larry Fink, le patron du plus grand gérant d’actifs au monde (7000 milliards de dollars d’avoirs) dans sa traditionnelle lettre aux dirigeants des grandes entreprises, diffusée mardi. La question climatique provoque une «transformation fondamentale du secteur financier», écrit-il notamment dans un document comprenant 29 fois le mot «climat».

Le changement climatique est devenu «le facteur principal» pour les perspectives à long terme des entreprises, affirme Larry Fink dans la dernière édition de sa missive, qui donne le ton des grandes orientations de la finance mondiale. Le financier américain poursuit sur sa lancée des années précédentes. En 2018, il avait averti les entreprises qu’elles perdraient le soutien de BlackRock si elles ne contribuaient pas positivement à la société. Ce message, interprété comme un signal fort en faveur de la finance durable, avait été suivi en 2019 par un appel aux chefs d’entreprise pour qu’ils répondent aux grands problèmes sociaux (retraites, infrastructures).