Après les grands principes annoncés en janvier, BlackRock veut montrer son engagement pour la finance durable un peu plus concrètement. Cette fois, en citant les entreprises contre les directions desquelles il a voté dans des assemblées générales. Le géant américain de la gestion d’actifs, avec quelque 6500 milliards de dollars sous gestion, avait annoncé vouloir se départir de ses investissements non durables. Dans sa lettre annuelle aux grands patrons, son patron, Larry Fink, estimait que le changement climatique était le «facteur principal» pour les entreprises à moyen terme.

Lire aussi: BlackRock s’apprête à exclure les pollueurs