Innovation

La blockchain devient enfin concrète

Cette technologie crée un espace de sécurité, une sorte d’internet décentralisé et sûr, qui permettra à tout individu d’échanger n’importe quel actif sans intermédiaire

La blockchain, que l’on peut voir comme une nouvelle forme de connexion entre les individus, va révolutionner l’économie et la société. A l’occasion d’un congrès* organisé à Palexpo en janvier, dont «Le Temps» est partenaire, les enjeux de cette technologie seront décryptés.

A ce sujet, lire aussi: 

Toufi Saliba: «La blockchain ne pourra pas être arrêtée»
Blockchain: vers des malades qui investissent dans leur propre santé
Rendre les billetteries plus sûres grâce à la blockchain

La blockchain va révolutionner l’économie, la société, le monde – et tout le reste. On entend ce genre d’affirmation depuis des années, sans savoir vraiment en quoi consiste cette fameuse «chaîne de blocs». Une analogie avec l’histoire d’internet peut aider à l’expliquer simplement.

Au milieu des années 1990, les ordinateurs personnels ont soudain pu être reliés entre eux. Leurs utilisateurs pouvaient communiquer, échanger des messages électroniques. Des sites web sont apparus. L’internaute pouvait essentiellement y consulter des informations. Puis la technologie s’est améliorée, le transfert des données est devenu plus rapide. Le commerce électronique est devenu une réalité, les réseaux sociaux aussi. Puis certains des géants que nous connaissons aujourd’hui, les Google, Amazon, Facebook, etc.

Un espace de sécurité

Le rapport avec la blockchain? On peut la voir comme une nouvelle forme de connexion entre les individus, totalement décentralisée cette fois et qui garantit l’intégrité des données échangées. En très résumé, la blockchain est un espace de vérité – ou de sécurité, pour être plus modeste. Un endroit où des données peuvent être stockées à l’abri de manipulations et sans aucun organisme central qui contrôlerait le tout.

Consultez notre dossier: De la blockchain aux monnaies virtuelles

Que faire de cette vérité? Pour le moment, l’espace a été largement occupé par les cryptomonnaies, bitcoin en tête. Avec les immanquables excès qui accompagnent toute innovation d’ampleur. Comme les valeurs internet ont traversé une bulle à la fin des années 1990, le bitcoin a passé de moins de 1000 dollars début 2017 à près de 20 000 dollars en fin d’année, entraînant les autres cryptomonnaies dans son sillage. Il en vaut aujourd’hui trois fois moins. Mais ce n’est pas l’essentiel, pour plusieurs raisons.

Changer nos vies

Tout d’abord, il fallait bien un précurseur, une première application. L’équivalent des premiers téléphones mobiles, simples et lents, qui ne permettaient pas de faire grand-chose. Ensuite parce que la technologie sous-jacente continue à s’améliorer: les nouvelles blockchains – il en existe près de 1400 – consomment moins d’énergie pour effectuer davantage de tâches. Enfin parce que la blockchain commence à se déployer dans de nouvelles applications, extrêmement prometteuses.

On parle de smart contracts, de jetons numériques (les fameux tokens), de clés privées. D’applications dans la finance, la santé, les communications, le transport. C’est partout que la vérité décentralisée apportée par la blockchain va changer nos vies. Mais pour en arriver là, des avancées technologiques doivent encore être concrétisées, pour permettre aux différentes blockchains d’effectuer davantage d’opérations et surtout de communiquer entre elles. La condition pour atteindre une véritable décentralisation.


Geneva Annual Blockchain Congress, le 21 janvier 2019 à Palexpo, voir le programme sur www.genevablockchaincongress.com

Explorez le contenu du dossier

Publicité