Matières premières

La blockchain pour garantir l’authenticité de l’or

Les raffineurs suisses étoffent leur arsenal contre les faux et pour une meilleure traçabilité des lingots. Mais une bonne partie du métal précieux importé passe à travers les mailles du filet, pointent les ONG. La Confédération est appelée à renforcer ses contrôles

Vieille ville de Genève, dans les bureaux PAMP. Mehdi Barkhordar, administrateur délégué de ce poids lourd sur le marché de l’or, entame une démonstration qui promet, selon lui, de marquer l’industrie du métal jaune, «comme l’iPhone a changé la donne dans son secteur», dit-il.

Mehdi Barkhordar dégaine son téléphone et prend un lingot emballé. Il scanne un code QR sur l’emballage, mais aussi le lingot. Des variétés microscopiques à sa surface permettent d’être sûr qu’il s’agit d’un produit PAMP. L’application révèle son degré de pureté et indique que le métal jaune vient d’un gisement précis dans une mine ghanéenne de Newmont Goldcorp. Il donne les références de l’entreprise qui s’est chargée de son transport, avec les dates du trajet jusqu’à son arrivée chez PAMP où il a été raffiné et transformé.