Paiements 2.0

Blockchain: Ce qu’il faut savoir des transactions commerciales en ligne de demain

Dans le futur, au moins une crypto-monnaie sera adoptée du grand public. Cette crypto-monnaie sera soit le Bitcoin soit un dérivé inspiré de celle-ci.

Dans le futur, au moins une crypto-monnaie sera adoptée du grand public. Cette crypto-monnaie sera soit le Bitcoin soit un dérivé inspiré de celle-ci.

Avant d’être émise par un gouvernement, il faut se rappeler qu’une monnaie émerge naturellement dans une société, répondant à un besoin d’échanges commerciaux. Elle aide les différentes parties à tenir un registre des transactions avec une unité de compte commune. Al Gore, 45e vice-président des Etats-Unis et grand défenseur du Bitcoin, disait à son sujet «que dans l’univers Bitcoin un algorithme remplace les fonctions [du gouvernement]… est en fait très prometteur.»

Bitcoins et satoshis

Une blockchain est une plateforme qui permet à ses utilisateurs de programmer une logique commerciale de transmission de jetons numériques, de sorte que les transactions effectuées soient garanties par un consensus de l’ensemble des participants, sans aide d’intermédiaire. La plus répandue de nos jours et de loin la plus sécurisée est le Bitcoin. Cette plateforme utilise des jetons numériques s’appelant bitcoin (avec un b minuscule et limité à 21 millions) chacun constitué de 100 millions de plus petites unités s’appelant des satoshis.

La blockchain agit également comme une sorte de base de données pour l’ère de l’internet contenant l’historique de tous les échanges de jetons numériques depuis sa création.

Ce type de plateforme étant décentralisé, son intégrité ne dépend pas d’un organisme spécifique mais nécessite l’utilisation de deux types d’algorithmes pour garantir celle-ci.

Clé privée et clé publique

Elle utilise tout d’abord la cryptographie asymétrique qui consiste à générer une clé privée (semblable à un mot de passe unique issu de nombres premiers), dont dérive ensuite sa clé publique (un numéro de compte).

L’opération inverse est en revanche théoriquement impossible. Ainsi, aucune personne en possession de la clé publique ne peut retrouver la clé privée associée. Ceci permet à tout un chacun d’envoyer de l’information sur une clé publique que seule la personne détenant la clé privée correspondante peut décrypter. C’est avec ce mécanisme que des jetons numériques sont transmis d’un utilisateur à un autre. La perte de jetons est pour ainsi dire impossible, seule la perte de la clé privée est possible rendant les jetons associés inutilisables. Ainsi aucun bitcoin n’a jamais été perdu, mais un bon nombre ont été rendu inutilisables car les clés privées ont été perdues par leur détenteur.

Enregistrement par bloc

Le second type d’algorithme permet d’établir un consensus pour synchroniser la blockchain entre les différents acteurs ayant décidé de la stocker sur leur propre équipement informatique.

Les transactions sont enregistrées par bloc. Ces blocs sont ajoutés à la blockchain au moment où un nouveau consensus est établi et ce par ordre chronologique. Chaque bloc de transactions est mathématiquement lié au bloc le précédent créant ainsi la chaîne de blocs ou blockchain. Cette opération est effectuée de manière régulée.

Dans le cas de Bitcoin ce consensus est établi par une «preuve de travail» effectuée par des ordinateurs spécialisés (mineurs) pour atteindre un nouveau consensus en moyenne toutes les 10 minutes. Pour maintenir cette moyenne de dix minutes, le travail de calcul requis est ajusté en fonction de la puissance informatique déployée par ce réseau d’ordinateurs.

Par conséquent toute altération d’une transaction requiert un consensus sur une modification de tous les blocs établis ultérieurement. Ceci rend la base de données quasiment inaltérable sans compromettre la confiance de l’ensemble de ses utilisateurs.

La plateforme de l’ère internet

Avec une blockchain, nous avons la première plateforme de transactions construite pour l’ère de l’internet. Elle permet à deux ou plusieurs parties de s’accorder en toute confiance sur les opérations commerciales. Elle permet également à deux machines électroniques connectées de transférer de la valeur électronique directement entre elles.

En effet, la blockchain correspond parfaitement à notre ère d’automatisation des tâches. Pour emprunter les mots de Bill Gates: «Bitcoin est un tour de force technique». Il est clair pour ceux qui observent l’évolution de la blockchain que nous sommes au début d’un nouveau tournant numérique, une nouvelle étape dans la manière dont les biens sont créés, transmis et distribués.

Publicité