L’intelligence artificielle, l’analyse des Big Data et l’Internet des objets font partie des applications les plus novatrices de la révolution numérique à laquelle nous avons assisté ces dix dernières années. Nous sommes tous conscients des conséquences profondes que celles-ci auront sur les stratégies et modèles commerciaux, sur l’éducation et même sur la compétitivité des pays.

A lire aussi: Genève rêve de convertir la Suisse au blockchain

La blockchain est, à mon sens, l’innovation la plus importante actuellement, et ne partage le podium qu’avec Internet, l’ordinateur individuel et l’euro. Il s’agit d’une innovation technologique. En réalité, et d’un point de vue purement informatique, cette blockchain consiste en un grand livre décentralisé, c’est-à-dire une liste de toutes les transactions réalisées au sein d’un réseau d’homologues. Elle semble, en principe, être une technologie inoffensive.

Cependant, elle résout l’un des problèmes les plus anciens et complexes de l’informatique: assurer la sécurité et instaurer la confiance dans un réseau de poste à poste en l’absence d’une autorité centrale. Prenez les interactions entre deux personnes via Internet; elles sont toutes assurées par un intermédiaire: opérations bancaires, paiements, commerce électronique, interactions sur les réseaux sociaux, messagerie électronique, recherche d’emploi, locations immobilières, enchères en ligne…

Avec la blockchain, plus besoin de recourir à l’un de ces intermédiaires (banques, établissements de paiement, agents de change, serveurs, sociétés telles que Airbnb, eBay, Facebook, LinkedIn, etc.). Une blockchain est conçue pour qu’une personne ait l’assurance que l’autre partie honore l’obligation qui lui incombe de son côté, sans avoir besoin d’obtenir la certification d’une tierce partie.

A lire aussi: Blockchain: ce qu’il faut savoir des transactions commerciales en ligne de demain

Dans le cadre d’un paiement en ligne, par contre, rien de tout cela ne peut être certifié à moins qu’un autre acteur ne garantisse chaque étape de la transaction. La technologie blockchain règle ce problème grâce à deux éléments très simples: premièrement, un grand livre, soit une liste décentralisée de toutes les transactions qui sont effectuées au sein du réseau et partagées de façon simultanée entre tous les membres de ce réseau.

Deuxièmement, l’immuabilité de cette liste, qui est garantie par le fait que le grand livre ne peut être reconstruit qu’en revenant en arrière. Chaque transaction dans le livre étant rattachée à la transaction précédente, si la chaîne est violée ou piratée, la blockchain sera rompue.

Les applications concrètes

Aujourd’hui, la blockchain offre un grand nombre d’applications concrètes, la plus connue étant celle du bitcoin. Rapporter la blockchain uniquement au bitcoin serait pourtant une grossière erreur. Plusieurs banques centrales innovent déjà dans le domaine des cryptomonnaies (Angleterre, Suède, Estonie).

Des applications de cette technologie existent également dans le domaine du registre foncier virtuel (plusieurs pays en Afrique) ou celui du «smart contracting» [contrats intelligents, ndlr] (Suisse). La blockchain est, pour le moins, l’alternative la plus sûre et la moins coûteuse aux réseaux intranet des entreprises.

A lire aussi: La blockchain remue le monde économique

Disons que vous travaillez dans le secteur des biens de consommation, ou dans l’industrie automobile, ou dans le secteur des services-conseils. En quoi cela vous concerne-t-il? Dans les sociétés, la blockchain bouleversera également tous les postes affectés à l’intermédiation des opérations ou à la centralisation des informations.

Par exemple: la comptabilité, la conformité, les systèmes d’information, les approvisionnements. Mais elle modifiera aussi la manière dont les entreprises interagissent entre elles, car les clients auront directement accès aux informations relatives aux produits et services des sociétés. Les investisseurs pourront financer des entreprises sans avoir recours aux marchés financiers.

Dans les entreprises, les informations circuleront en toute fluidité et les décisions et comportements seront parfaitement transparents. Les modèles d’entreprise seront radicalement modifiés, les structures de coûts deviendront nettement plus efficaces et la conclusion de marchés sera directe.

Des entreprises au secteur public

L’impact de la blockchain ne se limite pas au secteur des entreprises. Ainsi, la nouvelle technologie est actuellement utilisée principalement dans le secteur public, notamment par les banques centrales et les gouvernements les plus avancés sur le plan des technologies numériques.

En conclusion, si vous ignorez ce qu’est la blockchain, ou si vous pensez ne pas être concerné, voici mes conseils. Premièrement, sachez que cette technologie existe. Lisez, faites des recherches, demandez autour de vous, trouvez des informations sur la blockchain, son fonctionnement, les progrès réalisés actuellement dans votre secteur.

Deuxièmement, préparez-vous à transformer le mode de fonctionnement de votre entreprise et votre manière d’interagir avec le reste du monde. Troisièmement, soyez le précurseur de votre secteur pour ainsi jouir des avantages de cette position. La révolution de la blockchain a commencé.