Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Lecture de messages lors de la conférence Consensus 2018 sur la technologie de la blockchain à New York.
© Mike Segar/Reuters

Fintech

La blockchain va révolutionner le monde de demain

Même si la blockchain va changer radicalement l’économie, cette révolution ne sera vraiment visible que dans trois à cinq ans, écrit Fabien Bulliard, expert en technologie auprès de Fidelity Suisse

Le scandale des données de Cambridge Analytica et Facebook a révolté l’opinion publique mondiale. Cet incident ne serait pas arrivé si les géants de la tech tels que Facebook ou Amazon ne possédaient pas d’énormes bases de données centralisées.

Ces entreprises sauvegardent l’historique des achats (Amazon), les amitiés, les intérêts des individus ou encore leurs habitudes de vie (Facebook). En contrôlant ces données, elles peuvent décider de ce que chacun peut voir et à quel moment.

La technologie blockchain pourrait briser ce pouvoir et rendre aux individus le contrôle de leur propre identité numérique.

La blockchain est souvent mentionnée avec le bitcoin, une monnaie numérique que la ville de Zoug reconnaît désormais comme moyen de paiement officiel. On peut discuter de l’intérêt du bitcoin, mais il faut savoir que c’est la technologie de la blockchain qui se cache derrière lui. Celle-ci permet d’échanger des valeurs en numérique en quelques secondes et de réduire ainsi l’incertitude liée au processus de transaction en le rendant plus efficace et plus économique. Expliqué plus simplement, la blockchain propose un registre de données numérique global décentralisé sur des millions d’ordinateurs.

Elle permet ainsi d’éviter la possession de données par des intermédiaires tels que des banques, des notaires ou des Etats. La blockchain fonctionne en regroupant une transaction avec d’autres au sein d’un bloc qui ne peut plus être modifié par la suite. L’ensemble des données reste transparent à tout moment et est archivé de manière sécurisée par une technique cryptographique. Ainsi, le système devient inviolable pour les hackers car tous les utilisateurs possèdent une copie identique et complète de l’ensemble de la blockchain sur leur mémoire locale. Une anomalie pourrait vite être repérée.

La blockchain influence les entreprises et notre vie quotidienne

Les principaux domaines d’activité sont les transactions financières, la gestion des données et les plateformes en ligne. UBS estime que la blockchain pourrait apporter à l’économie mondiale une plus-value de 300 à 400 milliards de dollars par an jusqu’en 2027.

Le secteur de la finance fonde également de grands espoirs dans cette nouvelle technologie qui permettrait d’économiser des coûts et du temps. Exemple: l’achat d’une action en bourse peut être réalisé en quelques secondes grâce à la blockchain alors qu’aujourd’hui le «settlement» (c’est-à-dire le transfert des droits de propriété d’une action) nécessite plusieurs jours car il faut des intermédiaires qui garantissent sa légitimité jusqu’à ce que les systèmes comptables de chacun soient mis à jour.

L’entreprise de conseil Accenture estime que les banques d’investissement pourront économiser jusqu’à 70% en matière de reporting financier et de 30 à 60% en ce qui concerne le back-office.

Les exemples d’application de la blockchain sont nombreux. Des pays comme la Suède testent déjà la numérisation de leurs registres comptables. Dans le secteur du tourisme, Lufthansa travaille actuellement avec la start-up suisse Winding Tree afin de créer une place de marché pour le tourisme utilisant la blockchain. L’industrie du voyage est complexe et dominée aujourd’hui par des intermédiaires. Avec un système plus efficace, le prix pourrait baisser pour les clients.

Même si la blockchain va changer radicalement l’économie, cette révolution ne sera vraiment visible que dans trois à cinq ans.

De nombreux obstacles sont encore à surmonter. Le réseau doit d’abord atteindre une taille critique et gagner l’acceptation du marché ainsi que la confiance. La blockchain consomme encore beaucoup d’énergie car les séries de données croissent et doivent être traitées en parallèle. Selon une étude de la banque Morgan Stanley, la production mondiale de valeurs cryptées sur les ordinateurs en 2018 reviendrait à consommer autant d’énergie que l’Argentine.

Par ailleurs, la question de la protection des investisseurs et des données se pose. La blockchain est constituée de manière à ce que les séries de données soient irrévocables. Si un client de la banque perd sa carte de crédit, celle-ci est bloquée. Si un utilisateur de bitcoins perd sa clé sécurisée, il ne peut pas la récupérer et cela peut entraîner de lourdes pertes.

En tant qu’investisseur dans des entreprises technologiques, il est de notre devoir d’analyser d’un œil critique les développements et d’identifier les entreprises du futur sur la base de critères objectifs.

Le secteur de la technologie générera aussi des laissés-pour-compte, par exemple des entreprises actuellement rentables qui ne sauraient pas s’adapter aux défis technologiques du futur.

Nous sommes absolument convaincus que la blockchain va continuer sa progression. Dès que le cadre sera défini et les obstacles actuels levés dans un consensus social, les hommes et les entreprises pourront en profiter. Par ailleurs, l’individu pourra être interactif sur les réseaux sociaux tout en restant maître de son identité numérique.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)