La Suisse conserve son rang au classement de «l'indice de liberté économique». Douzième en 2002, elle reste à ce niveau, soit au milieu du club des 17 Etats dont l'économie est qualifiée de «libre» par les économistes d'Heritage Foundation. Au dernier classement en date, Hongkong est le pays au monde le plus libre économiquement parlant devant Singapour, le Luxembourg, l'Estonie, l'Irlande et la Nouvelle-Zélande. Les Etats-Unis reculent, en trois ans, de la 4e à la 13e place. Repli également des Pays-Bas, ex-égaux des Etats-Unis, qui chutent à la 17e place. En France, ce classement crée moult débats parmi les «libéraux» puisque le pays est tombé de la 26e à la 44e place, soit en queue de peloton des Etats «presque libres». Parmi les 25 pays de l'Union européenne, il n'y a que la Slovénie et la Grèce qui fassent moins bien que Paris. En cause, lit-on sur le site libres.org: «Le poids de l'économie publique, trop de pression fiscale, trop d'interventions gouvernementales, trop de secteur public, trop de réglementation.» La structure de l'indice et son mode de calcul ont été imaginés sur une idée du Prix Nobel Milton Friedman.

La Chine vient d'afficher sa plus forte croissance économique en sept ans, avec une envolée de +9,5% pour 2004. Le pays est devenu la troisième nation commerciale au monde, après les Etats-Unis et l'Allemagne, tandis que Shanghai vient de ravir à Rotterdam le titre de premier port au monde.

Chine toujours. Le pays autosuffisant jusqu'en 1993 a importé 120 millions de tonnes de pétrole brut en 2004, soit plus de 40% de ses besoins (270 millions)! Un fait majeur pour deux raisons: le poids de la Chine sur le marché du pétrole – elle est devenue le deuxième importateur mondial derrière les Etats-Unis – et surtout sa dépendance accrue vis-à-vis du marché international. D'autant que 60% de ses importations proviennent du Moyen-Orient, zone particulièrement instable. Conscient de cette fragilité, Pékin tente de diversifier les sources d'approvisionnement. Son regard est tourné vers l'Afrique qui assure 20% de ses importations contre 14% à l'Asie centrale et 6% à l'Europe. Sur le continent noir, Pékin commerce notamment avec les géants (Nigeria, Angola, Algérie). Au Soudan, la Chine y développe ses propres implantations. La China National Petrol Company, l'une des trois plus grandes compagnies chinoises, y est implantée depuis 1995.

17 milliards de dollars de bénéfice net: c'est le résultat de Citicorp, premier groupe bancaire mondial. Et pourtant ce n'est pas un record car le groupe a provisionné 4,95 milliards de dollars pour faire face aux scandales financiers auxquels la banque a été confrontée ces dernières années (Worldcom, Parmalat, filiale japonaise, etc.). Sans ces énormes enveloppes, Citicorp aurait dégagé sa meilleure performance de tous les temps. Ambition de Charles Prince, le PDG du groupe: rétablir l'éthique et «devenir le groupe de services financiers le plus respecté du monde».