– Investissez dans les obligations à haut rendement, donc ayant un rating un peu plus faible que les autres! Voilà un message qui peine à passer auprès des investisseurs qui ont subi de fortes pertes avec les obligations Swissair et la faillite de la compagnie nationale. Dans une étude récente, Standard & Poor's a calculé le pourcentage de défauts de paiements au cours des quinze dernières années. Pour les débiteurs qui étaient au bénéfice de la note suprême AAA, le défaut de paiement est de 0,52%. Pour la note AA et A, il est respectivement de 1,31 et 2,32%. Pour la note BBB, le pourcentage de risque de ne pas trouver remboursement monte à 6,46%. Avec BB, on explose à 19,52%. Et même 35,76% pour la note B et 54,38% pour les débiteurs au bénéfice de la note CCC. Toujours selon Standard & Poor's, en 2002, 238 sociétés ont été dans l'incapacité d'honorer leurs dettes, soit une ardoise globale de 178 milliards de dollars.

– Hausse ou baisse des marchés dans les prochains mois? Une étude signée CPR Asset Management met en avant, avec une probabilité de 70%, une hausse mesurée des indices boursiers, de l'ordre de 5 à 7% en Europe et aux Etats-Unis et de 10% au Japon. Dans ce contexte, la Réserve fédérale devrait laisser ses taux en l'état tandis que la BCE pourrait procéder à une nouvelle petite baisse de 25 points de base en septembre. Le scénario inverse, 30% de probabilité, anticipe un faux départ de la croissance aux Etats-Unis et une situation atone en Europe. Dans cette hypothèse, les marchés reculeraient de 5 à 7%, obligeant les banques centrales à de nouvelles interventions. Dans sa dernière lettre aux investisseurs, Pictet & Cie laisse transparaître sa prudence en évoquant une «deuxième moitié d'année moins tranquille que prévu». Nous sommes toujours confrontés à une probable surévaluation des actions américaines, dit la banque, qui nous incite à concentrer nos investissements sur les autres marchés, avec une préférence réitérée pour les pays émergents et les petites et moyennes capitalisations en Europe et en Asie.

– La plus grande banque européenne? HSBC. Première par la capitalisation boursière et première par les fonds propres. Tel est le résultat du palmarès 2002 des 100 premières banques européennes établi par l'agence de notation Fitch Ratings et diffusé jeudi par Les Echos. Sur le plan de la capitalisation, UBS arrive en troisième position et Credit Suisse au 12e rang. Mais il est particulièrement intéressant de regarder le classement établi selon la rentabilité des fonds propres: Banco Popular Espanol (22,45% de rentabilité des fonds propres) précède Caixa Geral de Depositos (Portugal), Allied Irish Banks et ING Group. Les caisses Raiffeisen suisses sont au 36e rang, précédant UBS (56e), la Banque cantonale de Zurich (76e) et les déboires du Credit Suisse (96e). Parmi les dix dernières places, il y a sept (!) banques allemandes.