Avec les remous autour de l'avenir du deuxième pilier et de l'état de santé des caisses de retraite, le recours à ces fonds pour l'accession à la propriété du logement pourrait connaître une nette accélération en 2003. Mais les données sur la prévoyance professionnelle réunies par l'Office fédéral de la statistique ne montrent encore rien de tel pour les années passées. Le nombre de versements anticipés a fluctué entre 30 188 en 2000, 35 250 en 2001 et 32 449 en 2002, le tout pour des retraits globaux d'un peu plus de deux milliards de francs suisses par an. Pour l'année 2002, le retrait moyen est de 71 250 francs.

Les assureurs suisses sont à la une de l'actualité. Dans son dernier numéro, AWP Sécurité sociale met en exergue les importants mouvements survenus dans le marché de l'assurance vie depuis 1999. Rentenanstalt/Swiss Life ne domine plus le peloton comme il y a quatre ans. La compagnie est rejointe par CS/Winterthur (26% de parts de marché chacune). Elles précèdent le groupe Zurich (13% de parts de marché), Bâloise (10%) et Helvetia/Patria (8%). Ces cinq compagnies réunissent ensemble 83% du marché. Derrière, Allianz (5%) et Generali (4%) dominent Pax, Providentia, Vaudoise et Coop/Nationale, toutes avec 2% de parts de marché. A noter encore que dans le secteur de l'assurance vie individuelle, Bâloise et Generali occupent des parts plus fortes qu'au classement ci-dessus alors que Winterthur est largement numéro un de l'assurance vie collective avec 30% de parts de marché.

Retour sur une statistique diffusée cette semaine: en 2001, les ménages suisses ont gagné en moyenne 8797 francs par mois et dépensé 7912 francs. Dans ces gains se cumulent salaires, pensions, rentes AVS, intérêts, revenus en nature et remboursement d'assurances de l'ensemble du ménage. Postes de dépenses par postes de dépenses, les primes d'assurances, tous types confondus, représentent 20,9% du budget. Les dépenses pour le logement (17,7%) figurent au deuxième rang. Viennent ensuite les impôts (13,3%), l'alimentation et les boissons (9,7%), les transports (7,3%), puis les loisirs et la culture (6,6%).

Vacances: le marché des camping-cars éclate de santé. A l'exception de l'Allemagne qui affiche un recul de 6,4% – l'effet de la crise économique – les ventes de camping-cars sont en hausse de 4,1% en Europe en 2002, et même de 7,7% en Italie, 9,2% en France et 16,5% en Grande-Bretagne. Les enfants du baby-boom qui arrivent aujourd'hui dans la tranche des 51-60 ans sont particulièrement acquéreurs et consommateurs de cet équipement.