Black-out sur les marchés financiers

Bourse Les écrans Bloomberg en panne

Pendant une heure et demie, les écrans boursiers de Bloomberg sont restés inutilisables, vendredi. Les terminaux de l’agence d’informations financières américaine ont recommencé à fonctionner en fin de matinée, sans qu’aucune explication claire n’ait été fournie sur l’origine de la panne. «Rien n’indique en ce moment qu’il y ait eu autre chose qu’un problème de réseau interne», a réagi hier la société américaine, dans un bref communiqué.

Si tout est rentré dans l’ordre rapidement, cette panne a toutefois démontré une nouvelle fois à quel point le système financier dépend des services d’une petite poignée de fournisseurs, en particulier Bloomberg et Reuters.

Bons du Trésor indisponibles

Les professionnels n’utilisent pas qu’une seule source d’informations, tempère un analyste bancaire basé à Zurich. Selon lui, le problème n’est pas tant d’avoir accès aux cours des titres les plus courants, comme les actions ou emprunts qui sont diffusés via de multiples canaux. Il devient par contre plus sérieux lorsque le calcul du prix d’un actif donné dépend d’un seul système. A Londres, une émission de bons du Trésor britannique, portant sur 3 milliards de livres, soit environ 4 milliards de francs, a ainsi dû être reportée. Un responsable du bureau de gestion de la dette en Grande-Bretagne a confirmé ne pas avoir pu utiliser le système d’enchères de Bloomberg.

Si cet épisode semble n’avoir pas provoqué de gros dégâts, les incidents de ce type tendent à se multiplier. Une panne avait perturbé l’entrée en bourse de Facebook en mai 2012. Une autre a interrompu les échanges sur le Nasdaq, un an plus tard. Signe de la nervosité des opérateurs face à ce type d’événements, Jamie Dimon, le directeur de JPMorgan, s’inquiétait dans une lettre aux actionnaires début avril des risques de survenance d’un nouveau «crash éclair» sur les marchés.

Offre alternative en Suisse

Vendredi, la bourse suisse n’était pas en mesure de chiffrer l’impact de cette panne sur les volumes échangés, les données définitives de la journée n’étant disponibles qu’à partir de lundi. Son unité SIX Financial Information a son propre système d’informations financières, baptisé Telekurs iD, qui fournit des données de marché en temps réel et de référence aux utilisateurs. «A ce stade, nous n’avons aucune indication à propos d’une utilisation plus élevée de notre plateforme en matinée», a expliqué le porte-parole de SIX.