Avant d’annoncer mardi soir qu’elle jetait l’éponge, BNP Paribas (Suisse) a été un précurseur et un leader mondial du financement du commerce de matières premières. Au premier semestre, la banque avait subi d’importantes pertes dans cette activité, en déclin marqué depuis qu’une amende américaine de 8,9 milliards de dollars l’avait visée, en 2014. Un probable nouveau plan social pour 120 employés s’ajoutera à celui, toujours en cours, qui touche près de 250 personnes en Suisse.

En février dernier, la directrice générale de BNP Paribas Suisse nous expliquait qu’elle se concentrait sur le plan social annoncé en novembre 2019 et que la nouvelle stratégie de la banque serait annoncée plus tard. C’est chose faite: la banque genevoise a officialisé son retrait de l’activité de financement du commerce des matières premières. Le bref communiqué met l’accent sur la réorientation de la banque vers le financement des entreprises et la gestion de fortune. C’est surtout la chute d’un (ancien) géant.