Les mauvaises nouvelles se suivent dans la banque privée. C'est au tour de BNP Paribas (Suisse) d'être victime des aléas conjoncturels. Le groupe français a confirmé au Temps l'annonce, faite vendredi à son personnel, sur la réorganisation de ses activités dans la banque privée en Suisse. Ces mesures concernent 67 postes. Dans le détail, le groupe annonce supprimer tout d'abord 35 emplois au sein de ses deux entités actives dans le secteur, soit 30 postes à BNP Paribas Private Bank et 5 postes à l'UEB. Aussi bien les bureaux de Genève (13 suppressions d'emplois), de Lausanne (1), de Zurich (5), de Bâle (7) et de Lugano (9) sont concernés par cette mesure. Par ailleurs, il faut ajouter à ces licenciements, 24 plans de départ en préretraite qui seront proposé aux personnes concernées et 8 reclassements internes. «Tous les métiers de la banque privée sont touchés par cette restructuration», précise Charlotte Leber, directrice de la communication du groupe BNP Paribas en Suisse.

La banque est axée sur deux grands pôles sur le territoire helvétique: la banque privée dont les deux entités gèrent environ 50 milliards de francs suisses. Le second est la banque de financement et d'investissement, dont les principales activités sont le négoce des matières premières et les activités bancaires commerciales destinées aux entreprises. A propos de cette seconde activité, la responsable de la communication affirme que les affaires vont pour le mieux.

Tirer le meilleur parti

La banque invoque dans son communiqué à la fois les «deux années consécutives de baisse des marchés financiers vécues et les changements structurels qui ont globalement affecté les activités de la banque privée» en Suisse pour justifier sa décision. Elle note de plus que ce plan doit permettre aux deux établissements «de tirer le meilleur parti de leurs structures dès les premiers signes d'une reprise des marchés».

Cette reprise des marchés ne semble cependant pas prochaine au vu des récentes mesures prises par d'autres établissements actifs dans la banque privée sur la place financière suisse. La mauvaise nouvelle communiquée par BNP Paribas (Suisse) vient en effet s'ajouter à l'annonce faite jeudi par la banque privée Sarasin de supprimer 100 postes à plein temps dont la moitié en Suisse. En août, l'établissement bâlois avait déjà informé d'une mesure similaire. Ces suppressions suivent celles décidées cet été à Genève par l'Union Bancaire Privée (UBP), le nouveau groupe Lombard Odier Darier Hentsch (LODH), la banque SCS Alliance ou plus récemment la banque Edouard Constant (BEC). A Zurich, la banque privée Julius Bär au même titre que le groupe zurichois Vontobel se sont séparés d'une partie de leur personnel.