Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Le billet, rendu public ce mercredi 15 août 2018.
© Schweizerische Nationalbank

papiers valeur

La BNS dévoile le nouveau billet de 200 francs

La coupure est dédiée à la recherche scientifique. Elle comprend des allusions visuelles qui raviront les scrutateurs de billets

Il faut suivre les allusions et symboles. Le nouveau billet de 200 francs, dévoilé ce mercredi par la Banque nationale suisse, est consacré à la science. Au premier abord, il ne diffère pas nettement de l’actuel, notamment parce qu’il en reprend les teintes, un peu marron.

Lors du précédent dévoilement: Une Suisse «bien organisée» à l’honneur sur les nouveaux billets de 10 francs

Des pistes pour comprendre ces 200 francs

Mais dans cette neuvième série, nommée «la Suisse aux multiples facettes», il y a les sens cachés, qui raviront les amateurs d’analyse de billets: sur son site, l’établissement indique que les trois doigts, l’élément le plus visible de l’œuvre à 200 francs, «représentent les trois axes de coordonnées, évoquant les dimensions spatiales dans lesquelles s’étend la matière».

La coupure de 200 francs montre également un globe terrestre, lequel illustre «la répartition des masses terrestres à la fin du crétacé.». Même la bande de sécurité du billet est mise à contribution pour faire «apparaître une carte abstraite de la Suisse au fil des ères géologiques ainsi qu’une liste de quelques stades de l’évolution de l’univers».

Lire aussi: Avec cinq ans de retard, la BNS dévoile le nouveau billet de 50 francs

Le 100 francs évoquera l’humanitaire

Le billet entre en vigueur le 22 août. Il suit les nouvelles coupures de 10, 20 et 50 francs. Le billet de 100 francs devrait être dévoilé à l’automne 2019, il sera consacré à la tradition humanitaire, avec l’eau pour symbole. Avant, en mars, l’ultime valeur, 1000 francs, sera mise au monde. Elle évoquera la communication.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)