Les paradis artificiels au service de la politique monétaire. La Banque nationale suisse (BNS) est devenue coutumière des pratiques non orthodoxes (taux négatifs, explosion du bilan). Mais peu savent qu’elle investit aussi dans les actions de producteurs de cannabis récréatif et médical.

L’institution dirigée par Thomas Jordan a beaucoup modifié ses avoirs en portefeuille durant la chute de la bourse du premier trimestre, ainsi qu’il ressort des transactions présentées par les autorités de marché (SEC). La BNS a aussi acheté des valeurs qui ressortent gagnantes de la crise, comme Apple, et des titres plus chahutés, comme General Electric. Elle a également doublé ses avoirs dans une petite société canadienne spécialisée dans le cannabis, Aurora Cannabis. Son portefeuille à fin mars comprend en effet 4,2 millions d’actions de cette dernière (+1,8 million), soit 62 millions de dollars au cours d’ouverture ce lundi. L’institut monétaire ne commente pas l’évolution de son portefeuille de titres. A la fin mars, elle détient 20 milliards de francs en actions sur un bilan de 852 milliards de francs. Quelles sont les particularités d’Aurora Cannabis? Comment se portent les sociétés de cannabis pendant la crise du Covid-19?