Politique monétaire

La BNS «envisage» des mesures pour l'investissement résidentiel

La forte hausse du volume des crédits hypothécaires et des prix de l'immobilier sur plusieurs années a ainsi conduit à des déséquilibres, estime la BNS. Elle a par ailleurs annoncé maintenir les taux négatifs 

Face aux risques dans ce domaine, la Banque nationale suisse (BNS) continue de surveiller de près le secteur immobilier et hypothécaire. L'institut d'émission a indiqué jeudi «envisager» des mesures ciblées pour réguler davantage les prêts accordés à l'investissement résidentiel.

Les taux bas en vigueur depuis plusieurs années ont amorti l'impact de la crise financière mondiale et stabilisé l'inflation, mais favorisé l'émergence de risques, a constaté la banque centrale helvétique dans son rapport annuel sur la stabilité financière. La forte hausse du volume des crédits hypothécaires et des prix de l'immobilier sur plusieurs années a ainsi conduit à des déséquilibres dans ce secteur en Suisse.

Lire également: La BNS accuse une perte de 6,8 milliards de francs au premier trimestre

Le danger de correction des prix «a considérablement augmenté»

Les mesures prises par les régulateurs helvétiques en 2012 et 2014 ont permis de contenir ces déséquilibres notamment pour les propriétaires, mais les risques se sont accrus dans le secteur de l'investissement résidentiel, où le danger de correction des prix «a considérablement augmenté», a averti la BNS.

En cas de maintien des taux bas, ces risques pourraient encore s'accumuler, les banques étant tentées d'accorder plus de crédits hypothécaires pour contrer la pression sur leurs marges et la rentabilité. La BNS estime donc nécessaire «d'envisager des mesures ciblées» pour les prêts au secteur de l'investissement immobilier.

L'institut d'émission va continuer à «surveiller de près» les développements dans le secteur des crédits hypothécaires, du marché immobilier et dans la prise de risque des banques. La BNS va ainsi évaluer régulièrement le besoin d'ajuster le volant anticyclique.

Politique monétaire expansionniste maintenue

La BNS a en outre  maintenu jeudi le taux d'intérêt appliqué aux avoirs à vue en zone négative, inchangé à -0,75%. La marge de fluctuation du Libor à trois mois demeure comprise dans la fourchette de -1,25% à -0,25%, indique jeudi l'institut d'émission suite à son examen de la politique monétaire. La BNS juge la situation sur le marché des devises toujours fragile et restera active «si besoin».

Reconduisant sans surprise cette politique monétaire expansive, la BNS demeure aussi optimiste quant à l'évolution de l'économie suisse cette année. L'institut d'émission, toujours prudent, maintient sa prévision de croissance du produit intérieur brut (PIB) helvétique à «environ 2%».

Expansion de la conjoncture globale

En Suisse, l'économie a continué de se redresser, conformément aux anticipations, écrit jeudi la BNS dans son communiqué. Au cours des trois premiers mois de l'année, le PIB a augmenté de 2,3%, une progression une nouvelle fois supérieure au potentiel estimé. Dans ce contexte favorable, l'utilisation des capacités de production s'est encore améliorée, laissant l'institut d'émission augurer d'une baisse du chômage.

Lire aussi: Sauf accident, la BCE arrêtera ses rachats de dette fin décembre

L'économie helvétique a bénéficié en début d'année de la robuste expansion de la conjoncture globale, notamment de la croissance soutenue aux Etats-Unis et en Chine. En dépit d'un ralentissement jugé passager en Europe, tous les indicateurs s'affichent au vert pour les prochains mois. D'autant plus que les risques, essentiellement liés à l'évolution politique dans certains pays, à d'éventuelles tensions au niveau international et aux tendances protectionnistes, sont plutôt orientés à la baisse.

Publicité