La BNS a fini l’exercice 2009 sur un bénéfice de 10 milliards de francs, indique-t-elle dans un communiqué ce jeudi. Le fonds de stabilisation, qui accueille les titres toxiques de l’UBS, essuie une perte mais sans impact sur le résultat.

A fin 2009, le fonds de défaisance (StabFund), qui englobe des titres, des crédits et des biens immobiliers, affichait encore pour 20 milliards de dollars (21,4 milliards de francs au cours actuel) d’actifs à risques. La perte ressort à 2,624 milliards de dollars, contre -1,691 milliard un an plus tôt, indique jeudi la BNS.

Après la prise en compte de l’apport de l’UBS en capital, le surendettement se chiffrait à environ 400 millions de dollars. Cette perte est entièrement compensée par l’option conditionnelle d’achat de la BNS sur 100 millions d’actions UBS.

Les ventes d’actifs ainsi que les intérêts reçus et les remboursements sur les titres et les crédits repris ont permis de rembourser une partie du prêt de la BNS.

L’effet de la hausse de l’or

Par ailleurs, la BNS a profité l’an passé de la hausse du prix de l’or, qui a engendré une plus-value de 7,32 milliards de francs sur un stock de 1040 tonnes.

Les placements en devises ont contribué à hauteur de 2,57 milliards de francs au résultat de la maison-mère. Les effets négatifs de change ont nettement moins pénalisé le résultat qu’en 2008.