Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Andréa Maechler, lors de la conférence de la BNS en juin dernier. 
© Arnd Wiegmann/Reuters ©

Technologie

La BNS prudente face aux fintechs

Si les start-up offrent les mêmes services que les banques, elles doivent être soumises aux mêmes règles, a affirmé Andréa Maechler, numéro trois de l’institution, lors d’une conférence en Allemagne

Les fintechs pourraient-elles avoir accès à l’argent des banques centrales? C’est une question ouverte, a affirmé Andréa Maechler, membre du directoire de la Banque nationale suisse (BNS) lors d’une conférence lundi à Fribourg-en-Brisgau, en Allemagne. Pour la numéro trois de l’institution, dont les propos ont été rapportés par l’agence Bloomberg, il est essentiel que les innovations technologiques de ces fintechs ne se produisent pas au prix d’une moindre stabilité systémique. Ces entreprises doivent être soumises aux mêmes règles que les autres institutions financières si elles offrent les mêmes services. En tous les cas, il s’agit de développements que la banque centrale prend au sérieux.

Lire aussi: Les investissements dans la fintech décollent

Andréa Maechler voit néanmoins des applications possibles pour la blockchain. Ce n’est pas la première fois qu’elle s’exprime sur ce thème. En avril dernier, elle avait estimé que cette technologie, qui fonctionne comme un registre numérique et décentralisé, a un potentiel pour les systèmes de paiement entre les frontières et dans le règlement (settlement) de titres. Pourtant, avait-elle ajouté lors d’une conférence à Zurich, «cette technologie doit encore faire ses preuves dans la pratique».

Lire également: Comment intégrer une fintech dans une banque privée

Pas de e-franc

En revanche, elle s’était montrée plus sceptique sur la création d’une monnaie numérique issue de la banque centrale, ce qu’elle ne jugeait pas nécessaire pour le grand public, sans grand avantage et qui pourrait même entraîner des risques pour la stabilité financière.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)