Monnaie

La BNS reconduit sa politique monétaire sans retouches

La Banque nationale suisse (BNS) reconduit telle quelle sa politique monétaire expansionniste, comme prévu. Elle maintient aussi son pronostic de croissance du PIB à environ 1,5% en 2017

La Banque nationale suisse (BNS) reconduit telle quelle sa politique monétaire expansionniste, comme prévu. L’institut d’émission maintient aussi son pronostic de croissance du produit intérieur brut (PIB) helvétique à environ 1,5% en 2017.

Lire aussi: La BNS bientôt contrainte de revoir sa politique monétaire?

«La conjoncture mondiale s’est encore raffermie», estime la banque centrale, qui souligne l’embellie sur le marché du travail dans les pays industrialisés. Si l’évolution favorable va se poursuivre, selon elle, d’importants risques planent sur ce scénario, qui découle d’incertitudes politiques et de problèmes structurels.

Lire également: La zone euro gagnée par l'«europhoria»

Au vu de l’évolution du PIB domestique au 1er trimestre 2017 – +0,3% par rapport au trimestre précédent – il apparaît que les impulsions positives de l’étranger «ne se sont répercutées qu’en partie sur l’économie suisse», juge la BNS. Toutefois, les indicateurs disponibles laissent présager une dynamique un peu plus robuste, justifiant le maintien de son propre pronostic.

L’économie sur la voie de la reprise

L’économie suisse se trouve sur la voie de la reprise, estime le président de la BNS, Thomas Jordan. Le constat vaut notamment pour les exportations, grâce au redressement de l’industrie depuis le début de l’année.

L’institut d’émission monétaire observe également des signaux positifs en provenance de «larges pans des secteurs des services et de la construction. Le phénomène se manifeste par une propension accrue des entreprises à investir», s’est réjoui Thomas Jordan jeudi à Berne, lors de la conférence de presse de mi-année de la BNS.

Lire aussi: Le jour où Thomas Jordan demande comment prévenir la prochaine crise

Reste que le franc fort ne constitue de loin pas encore un mauvais souvenir pour toutes les branches, a noté le Biennois. Pour certaines, les capacités demeurent en outre sous-utilisées et les marges des entreprises apparaissent toujours sous pression, avec une origine à la fois conjoncturelle et structurelle.

Inflation revue à la baisse pour 2018

La nouvelle prévision d’inflation conditionnelle reste quasiment inchangée par rapport à mars. Pour l’année en cours, le taux d’inflation est toujours attendu à 0,3%. La prévision pour 2018 est abaissée de 0,4% à 0,3% et celle pour 2019 passe de 1,1% à 1%.

Pour rappel, la semaine dernière, la Banque centrale européenne (BCE) a décidé de maintenir les taux directeurs en zone euro à leur plus bas historique. Mercredi, la Réserve fédérale américaine (Fed) a rehaussé le taux interbancaire d’un quart de point de pourcentage (0,25%) pour l’établir dans la fourchette de 1% à 1,25%, citant des gains d’emplois «solides».

Lire: Le ralentissement de l’inflation soulage la BCE

La politique monétaire devrait demeurer «très expansionniste», en particulier au Japon et dans la zone euro, selon la BNS. Aux Etats-Unis, les conditions se normalisent progressivement.

Publicité