Sauf surprise, la Banque nationale suisse (BNS) va à son tour serrer la vis monétaire. Le jeudi 15 juin, le marché s'attend à ce qu'elle relève son taux d'intérêt directeur, actuellement à 1,25%. Son président, Jean-Pierre Roth, a déjà laissé entendre qu'il était prêt à agir de la sorte pour prévenir toute accélération de l'inflation. L'annonce la semaine dernière d'une forte croissance suisse, 3,5% en rythme annuel, lui rend la tâche aisée: un resserrement monétaire ne risque pas de «casser» un dynamisme inédit depuis six ans.

Les propriétaires dont la dette hypothécaire est à taux variable risquent cependant d'en sentir les effets. La BNS a relevé son taux de référence de 0,5 point depuis décembre. Et, en mars, la Banque Migros a été le premier établissement à reporter ce renchérissement sur ses clients. Acteur de poids sur le marché hypothécaire, les banques Raiffeisen n'ont pour l'instant pas bougé, mais les choses pourraient changer après la décision de la BNS, estime leur porte-parole.