Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Le dernier numéro en date de Boléro, septembre 2018.
© Le Temps

Journaux

«Bolero» en langue française va disparaître

L’éditeur Ringier Axel Springer réduit son portefeuille de revues. Des articles de mode et société de «Bolero» seront intégrés à «T», le magazine du «Temps». Au total, sept postes sont supprimés

Le magazine de mode et société Bolero cessera de paraître en français à la fin de cette année. Ringier Axel Springer (éditeur du Temps) a annoncé ce mardi la disparition du titre francophone, qui reprenait en partie les contenus de son homologue alémanique, tout en produisant des articles propres. L’éditeur remanie son portefeuille de revues, avec pour conséquence la suppression de sept postes.

Fondé en 2015, après «Edelweiss»

«Bolero» en français avait succédé à l’été 2015 à Edelweiss. Il paraît dix fois par année. Directeur de Ringier Axel Springer en Suisse romande, cité dans un communiqué, Daniel Pillard assure que les contenus de Bolero ne disparaîtront pas, mais seront intégrés à T, le magazine du Temps: «A travers les éditions spéciales du magazine T, nous fournirons au lectorat actuel de Bolero une offre équivalente pour la Suisse francophone.»

En Suisse alémanique, Bolero se retire des kiosques pour devenir un supplément de la Handelszeitung et de Bilanz, à raison de six numéros par année, en lieu et place d’Icon.

La revue bancaire disparaît, celle des assurances s’étoffe

L’éditeur supprime également sa revue bancaire, Schweizer Bank, créée en 1985. Il évoque des «changements structurels à l’œuvre dans le secteur bancaire et sur le marché publicitaire». Les moyens seront réaffectés à Schweizer Versicherung.

L’année passée, Ringier Axel Springer avait créé l’émoi en Suisse romande avec la disparition de L’Hebdo ainsi qu’une restructuration au sein des équipes du Temps; 36 postes avaient été supprimés.

A ce propos: «L’Hebdo», la fin de l’aventure

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)