Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Sophie Bolliger, directrice marketing, est la fille du co-fondateur Walter Bolliger. Elle n’hésite pas à tester toutes les installations développées par l’entreprise de Monthey.
© Eddy Mottaz

Prix SVC

Bolliger & Mabillard, le roi des grands huit, se niche à Monthey

«Le Temps» présente les six finalistes du prix SVC Suisse Romande. A commencer par la PME valaisanne, qui a déjà conçu plus de 100 installations à travers le monde, à l’exemple du Silver Star à Europa Park

Dans un immeuble locatif à Monthey se niche l’un des plus grands concepteurs de montagnes russes. Difficile d’imaginer qu’à l’origine des grands huit les plus vertigineux du monde, à l’exemple du Silver Star à Europa Park en Allemagne, se trouve la discrète société Bolliger & Mabillard Ingénieurs Conseils. Rien n’indique, dans ce quartier d’habitations, la présence de cette entreprise hors du commun qui donne des sensations fortes à des millions de personnes à travers la planète et qui figure parmi les six finalistes du prix du Swiss Venture Club (SVC).

«Nous n’avons jamais pensé nous lancer dans ce domaine lorsque nous avons lancé notre bureau d’ingénieur en 1988, explique Walter Bolliger, copropriétaire de la PME qu’il a fondé avec Claude Mabillard. Tout a démarré lorsqu’à nos débuts, la chaîne de parcs de loisirs Six Flags à Chicago nous avait mandatés pour réaliser une modification sur l’une de leurs installations.»

Plus de 100 installations réalisées et huit brevets déposés

Depuis, la PME a pris goût aux grands huit même s’il n’a pas été facile de convaincre ses premiers clients basés principalement aux Etats-Unis, là justement où se trouvent les principaux concurrents de l’entreprise valaisanne. «Il a fallu construire notre réputation», se souvient Walter Bolliger, 67 ans, qui incarne et donne à son entreprise une image de sérieux et de fiabilité.

Depuis sa création, Bolliger & Mabillard a conçu plus de 100 installations – toutes en activité –, aussi bien en Amérique du Nord, en Asie qu’en Europe. Elle a déposé huit brevets sur ses inventions, à l’exemple du «Wing Coaster» donnant à ses passagers le sentiment de voler. Le Fury 325 en Caroline du Nord est un parcours de montagnes russes en acier qui atteint une hauteur de 99 mètres et dont la vitesse des trains dépasse les 150 km/h. La PME a aussi construit les premières montagnes russes dites inversées, dans lesquelles les passagers sont suspendus sous les rails.

Pour chaque projet, deux ans de travail

«Nous réalisons 5 à 6 installations chaque année. Nous limitons la production afin d’assurer la qualité de nos réalisations, dit Sophie Bolliger, la fille de Walter Bolliger et directrice marketing qui n’hésite pas à tester toutes les installations. Nous ne déplorons aucun accident et pouvons compter sur la fidélité de nos clients qui reviennent régulièrement faire appel à nos services.»

Chaque projet, réalisé sur mesure, nécessite près de deux ans de travail. La fabrication est sous-traitée à plusieurs fabricants, aussi bien en Suisse, en Europe qu’aux Etats-Unis. «Nous supervisons la mise en place de toutes les installations», précise Sophie Mabillard.

La qualité et la sécurité plus importantes que la croissance

L’entreprise réalise un chiffre d’affaires de 50 à 70 millions de francs. «Nos ventes sont stables. Nous ne visons pas une croissance mais désirons assurer à chacune de nos installations la qualité nécessaire à sa sécurité», souligne Walter Bolliger. La PME compte cinq concurrents principaux, dont l’entreprise suisse Intamin chez qui Walter Bolliger a d’ailleurs travaillé lorsqu’il était employé chez Giovanola, une société valaisanne constructeur de remontées mécaniques.

La société Bolliger & Mabillard a débuté ses activités avec trois collaborateurs. Elle en compte aujourd’hui 46. Il s’agit principalement d’ingénieurs en mécanique et en génie civil et de dessinateurs-constructeurs. «La recherche de collaborateurs qualifiés est essentielle pour la société», relève Walter Bolliger, 67 ans, qui pour sa part est toujours aux commandes de l’entreprise. A-t-il déjà planifié le passage de témoin de son entreprise? «La pérennité de la société est assurée grâce à un comité de direction fort, composé de chefs de départements expérimentés», assure-t-il.


Les PME familiales à l’honneur

Chaque année, le concours organisé par le Swiss Venture Club récompense une PME familiale qui s’inscrit dans la pérennité. Après une sélection de plus d’une année et la visite de six entreprises, le jury – composé d’une quinzaine de personnalités de l’économie romande, auquel participe le Temps, a établi un classement qui sera révélé le mercredi 9 novembre au SwissTech Convention Center. D’ici là, chaque lundi, une de ces six entreprises finalistes sera présentée dans le Temps.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)