PLACEMENTS

Les bons chiffres des assurances tranchent avec des cours bas

Hormis la Bâloise, en hausse de 36,5% depuis le début de l'année, le secteur tend à sous-performer le marché. Pourtant, les résultats affichent de belles progressions.

Quoique bien orienté, le marché suisse des actions recèle encore quelques perles. Celles-ci se concentrent notamment dans le secteur de l'assurance, jugé par plusieurs analystes financiers comme globalement bon marché. Les titres de sociétés, dont Zurich Financial Services, Bâloise, Swiss Life ou, en plus modeste, Nationale Assurance, se payent en moyenne 10,4 fois les bénéfices prévus en 2007 alors que les bancaires se traitent à 10,7, soit nettement moins que la moyenne du SPI.

La publication des résultats semestriels de Bâloise mardi (lire ci-dessous), de Swiss Life aujourd'hui et d'Helvetia Patria demain est pourtant l'occasion de la remise à l'heure pour certains titres. C'est notamment le cas de la première, dont le titre s'est apprécié de 1,9% hier à 104,40 francs à la suite de la publication de chiffres plus élevés que prévu.

Ces envolées restent cependant des exceptions. «Globalement, le secteur sous-performe en Bourse. Le marché vit-il sur le souvenir des massacres des années 2001 à 2003 (ndlr: années de lourdes pertes)? Même un géant européen comme Allianz se traite à moins de 9 fois les résultats anticipés de 2007, ce qui augure de belles performances boursières à venir, probablement supérieures à 10% pour des titres comme Zurich ou Swiss Life», juge Jérôme Schupp, analyste chez Syz & Co à Genève.

Le momentum paraît d'autant plus favorable que les compagnies surfent sur une vague de bonnes nouvelles. La hausse des taux d'intérêt au premier semestre a stimulé les rendements de leurs placements, notamment dans l'assurance vie. Restructurés, leurs portefeuilles affichent des rendements en progression.

Les sinistres sont en baisse

Coup de chance, le premier semestre a été plutôt avare en sinistres, ce qui a permis de limiter les charges. Mieux encore, la saison des ouragans semble se montrer moins active cette année que l'an dernier, ce qui favorise les réassureurs exposés aux risques sur les côtes américaines. «Tant que cette saison ne sera pas terminée, des titres comme Swiss Life continueront de faire l'objet d'une certaine nervosité des marchés», nuance toutefois Michel Wiederkehr, de Bordier & Cie à Genève.

La conjonction de ces éléments permettra d'améliorer encore le résultat combiné des assurances (le total des charges divisé par les primes). «Malgré un repli des rentrées de primes au premier semestre, ces ratios demeurent très élevés», note Marc Effgen, analyste chez Helvea (Pictet) à Genève. Cet indice souligne le fait que les compagnies couvrent plus que la totalité de leurs coûts avec les primes, et donc leur solidité.

Les cours seront donc portés à la hausse par l'amélioration des perspectives bénéficiaires. Signe cependant d'un reste de méfiance, les multiples ne devraient pas connaître de hausses.

Publicité