Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Boris Collardi en 2013.
© STEFFEN SCHMIDT/KEYSTONE

Banques

Boris Collardi: «J'ai rendu tous mes clients et mes contacts»

Le banquier, qui avait surpris le secteur financier suisse en quittant Julius Baer pour Pictet en novembre, a affirmé jeudi qu’il n’allait pas transférer ses clients

Le départ de Boris Collardi de la direction générale de Julius Baer ne devrait pas se traduire par une perte d’actifs pour l’établissement de gestion zurichois. «J’ai rendu tous mes clients et mes contacts», a assuré le banquier jeudi à l’agence financière awp, en marge d’une conférence de presse à Berne.

Lire à ce propos: Après le départ de Boris Collardi, Julius Baer entre dans une phase d’incertitude

Boris Collardi a surpris en novembre le secteur financier suisse en quittant Julius Baer avec effet immédiat pour devenir associé du groupe genevois Pictet, où il sera coresponsable de la gestion de fortune. Il assumera ses nouvelles fonctions dès juin 2018, date à laquelle il compte s’installer à Genève.

Arrivée à Genève en juin

Interrogé sur la raison qui l’a poussé à abandonner la tête d’une banque cotée au SMI pour se fondre dans un collège d’associés, Boris Collardi a évoqué son besoin de davantage d’indépendance. «Je passe d’un statut d’employé à celui d’entrepreneur. C’est un grand pas en avant après neuf ans» à la tête de Julius Baer, a-t-il affirmé.

Boris Collardi a donc exclu le transfert de certains clients de Julius Baer à Pictet, par son truchement. L’acquisition de clients se fera autrement. «La gestion de fortune dispose encore d’un grand potentiel», selon lui.

Je passe d’un statut d’employé à celui d’entrepreneur. C’est un grand pas en avant après neuf ans

Boris Collardi

Sur un plan plus personnel, l’ex-patron de Julius Baer partage son temps libre en trois activités, à savoir des voyages en famille, des visites d’entreprises à l’étranger à des fins de formation et du fitness. Il ne se prépare pas spécialement pour son nouveau poste et assure ne pas «se stresser». «C’est le métier que j’exerce depuis plus de vingt ans», a-t-il expliqué. Son arrivée sur les bords du Léman est prévue pour juin.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)