Roche a dégagé en 2010 un bénéfice net consolidé de 8,891 milliards de francs, en hausse de 4% par rapport à l’année précédente. Peu après l’ouverture de la bourse, le titre cédait cependant près de 3% avant de limiter ce recul à 2%.

Le chiffre d’affaires du groupe pharmaceutique bâlois a cependant fléchi de 3% à 47,473 milliards sur la même période. Pourquoi un tel écart? En monnaies locales, les ventes sont restées stables, précise Roche. Résultat, alors que le résultat opérationnel mesuré en francs affiche une hausse de 2%, sa progression atteint +7% en monnaies locales.

Au final, la part du bénéfice consolidé attribuable aux détenteurs de titres Roche a augmenté de 11% à 8,666 milliards de francs. Le conseil d’administration proposera à l’assemblée générale un dividende de 6.60 francs par action, soit 10% de plus qu’au titre de l’exercice 2009. Il relève que cette augmentation du dividende est la vingt-quatrième consécutive.

Cette progression était pourtant escomptée par les investisseurs, qui attendaient davantage encore: les analystes interrogés par l’agence financière AWP tablaient sur un bénéfice de l’ordre de 10 milliards.

Au chapitre des perspectives, Roche prévoit une croissance des ventes de sa division Pharma et de l’ensemble du groupe – hors son antiviral Tamiflu – «dans la partie inférieure de la plage à un chiffre» (soit jusqu’à 5%) en monnaies locales, ce qui correspond à la croissance attendue du marché. Les ventes de la division Diagnostics devraient pour leur part croître «significativement plus rapidement» que le marché.

Pour 2011, Roche vise toujours «une forte augmentation à un chiffre» du bénéfice par titre rapporté aux activités de base. En 2010, ce dernier a crû de 4% (+10% en monnaies locales) à 12.78 francs.

Le directeur général, Severin Schwan, et le président du conseil d’administration, Franz Humer, ont vu leurs rémunérations revues à la baisse pour 2010. Au total, les membres de la direction ont perçu 38,8 millions de francs, contre 54,9 millions en 2009. Selon le rapport annuel présenté mercredi, Severin Schwan a touché 11,4 millions de francs, après 12,1 millions en 2009. Sur cette somme, 6,8 millions représentent le salaire et le bonus, contre 7,6 millions un an plus tôt. Le président Franz Humer a touché 10 millions de francs l’an dernier, dont 6,7 millions de salaire et bonus. En 2009, il avait perçu au total 14,4 millions.